24-26 novembre 2016: colloque international Amérique du Nord – Océanie, enjeux des relations multimodales entre deux aires culturelles et politiques en mutation

cfp-sophie.JPG

Ce colloque international propose de réfléchir aux caractéristiques et à la complexité des relations contemporaines entre les pays/régions d’Amérique du Nord et d’ Océanie, de même qu’à la manière, dans une optique comparatiste, dont les nations et territoires de ces deux aires culturelles et politiques abordent certaines problématiques, à portée régionale et/ou globale, communes aux deux espaces. Le terme « Amérique du Nord » fera référence, dans le contexte de ce colloque, aux États-Unis, au Canada et aux états et territoires insulaires de la région Caraïbe. L’Océanie inclut les 16 Etats indépendants de cette zone géographique, tels l’Australie, la Nouvelle-Zélande, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, etc. et les nombreuses dépendances insulaires de la région.
A l’heure du retour des États-Unis en Asie du Sud-Est sous le gouvernement Obama et de l’accroissement des tensions diplomatiques entre les États-Unis et la Chine sur des questions de droit maritime en mer de Chine méridionale, l’Australie contribue aujourd’hui au renforcement dans la région de la présence militaire américaine. D’ici 2017, 2500 militaires de la navy devraient être déployés à Darwin, capitale du Territoire du Nord et les deux pays vont travailler au développement de leur coopération aérienne et navale avec notamment la participation australienne à un système de défense antimissile balistique dans la région Asie-Pacifique. Ce rapprochement militaire, dont les enjeux sont à la fois politiques et commerciaux, entre les États-Unis et l’Australie est un exemple particulièrement visible ces dernières années de la collaboration entre deux zones géographiquement éloignées mais géo-politiquement liées–une collaboration faite d’accords et de désaccords, de bénéfices mais qui comporte aussi ses limites et ses handicaps. La Nouvelle-Zélande a de son côté choisi, depuis les années 1980, une diplomatie plus indépendante vis-à-vis des États-Unis du fait notamment de son activisme anti-nucléaire. Elle a par contre trouvé en la nation canadienne un partenaire privilégié dans de nombreux domaines.

Les relations entre ces deux zones géographiques ne se réduisent pas aux enjeux politiques et économiques mais comportent aussi des aspects sociaux, légaux, environnementaux et culturels qui seront traités dans le cadre de ce colloque. Nous pouvons citer en exemple la relation de partenariat entre les premières nations du Canada et les Maoris de Nouvelle-Zélande qui entretiennent un lien fort, s’impliquent dans des échanges culturels variés et participent conjointement à la réflexion sur les problématiques globales d’autodétermination et de citoyenneté des communautés autochtones sous des gouvernements nationaux néo-libéraux. L’histoire des relations entre ces deux espaces géopolitiques mettra en exergue les enjeux divers qui lient, par la coopération ou par le conflit, les acteurs de ces deux régions du monde depuis la fin du 19ème siècle.

Le deuxième aspect de ce colloque, la perspective comparatiste concernant des enjeux précis, pourra par exemple mettre en avant les caractéristiques, le fonctionnement, les aboutissements des politiques de coopération régionale mises en place dans chacune de ces deux régions du monde, notamment entre les états et territoires insulaires : une étude comparative du fonctionnement et des principaux enjeux/axes de développement avancés par le Forum des îles du Pacifique et l’Association des États de la Caraïbe permettrait d’évaluer la place et le rôle des territoires insulaires dans ces deux régions de même que la portée globale de certains de leurs combats. Une étude des luttes menées par les États insulaires dans le cadre de l’AOSIS (Alliance des petits états insulaires qui regroupe notamment des îles de la Caraïbe et de l’Océanie) permettrait de lier l’étude comparative proposée ci-dessus à l’analyse des éléments de coopération entre les îles de l’Atlantique et du Pacifique.

Ci-dessous une liste (non-exhaustive) des problématiques à traiter à l’intérieur des deux axes d’approche des relations complexes entre ces deux aires géographiques :

I – Analyse des relations bilatérales ou multilatérales entre les États ou sociétés d’Amérique du Nord et ceux d’Océanie et les conséquences (bénéfices et contraintes) de ces relations pour les deux régions:

– dans le domaine des relations politiques/ diplomatiques, économiques, militaires (ANZUS), environnementales, sociales—notamment entre les petits états insulaires (AOSIS)
– en matière d’échanges et d’influences culturels : nous pourrons aborder la thématique de l’américanisation des sociétés océaniennes ainsi que la question de l’image que se font les uns des autres les habitants de ces deux régions, image construite par les politiques de communication internationale mises en place par ces régions qui projettent délibérément, sur la scène mondiale, à des fins touristiques ou pour attirer des immigrés, des représentations contrôlées.
– en matière de politiques diplomatiques communes et de coopération avec d’autres aires géographiques ou nations (notamment la Chine qui est facteur de conflits politiques entre les deux régions)
– Etc.

II/ Analyse comparatiste des régions dans la gestion de problématiques précises :

– les processus de décolonisation
– l’auto-définition de la nation entre origines culturelles et démographiques britanniques ou françaises et origines ethno-culturelles. De cette question découlerait l’analyse comparative des politiques nationales vis à vis des populations autochtones et des politiques d’immigration, ou de transition des Etats vers le multiculturalisme. La question de la diversité culturelle ouvre la voie vers une comparaison des politiques linguistiques ou plus globalement culturelles entre états de ces deux régions.
– l’adaptation et le fonctionnement des institutions (politiques, juridiques) d’origine britannique ou américaine (dans les États micronésiens anciennement sous souveraineté américaine), ainsi que des valeurs et principes qui les sous-tendent.
– le relatif déclin de la relation avec le Royaume-Uni au profit de relations régionales
– les caractéristiques et degrés de la relation entre les Etats et leurs dépendances insulaires (totalement ou partiellement intégrées à un Etat, ou encore soumises à un traité de coopération préservant l’autonomie politique de la dépendance).
– Etc.

Ce colloque se veut interdisciplinaire et accueillera des chercheurs de tous domaines (sciences humaines et sociales, sciences dures, sciences politiques, droit, etc.).
Langues du colloque : anglais et français
Langue de publication des articles suite au colloque : anglais
Dates du colloque : 24 au 26 novembre 2016
Lieu du colloque : Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Envoyez vos propositions de communication, ateliers ou tables rondes à Adrien Rodd (adrien.rodd@uvsq.fr) et Sophie Croisy (sophie.croisy@uvsq.fr) avant le 31 mai 2016.

 

Interculturalités

Le projet scientifique de ce blog s’articule autour de trois grands axes thématiques regroupés sous le terme parapluie/générique « Interculturalités ». L’information publiée sur ce blog permettra donc la mise en circulation à grande échelle des recherches s’inscrivant dans les domaines, aux frontières perméables, que ces axes définissent. Ces trois grands axes sont les suivants :
– circulations culturelles : langages, discours et sociétés (didactiques des langues, créolistique, hispanité aux Etats-Unis, cultures minoritaires)
– Amériques/monde transatlantique (Southern and transatlantic studies)
– histoires coloniales/enjeux postcoloniaux
A l’ère de la mondialisation/globalisation, les thématiques de recherche des enseignants-chercheurs français dans le domaine des études linguistiques et culturelles se veulent de plus en plus multiperspectives et transdisciplinaires. La thématique de ce blog, ainsi que les divers axes qui la soutiennent, reflètent le désir des chercheurs de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines de décloisonner les disciplines, de conduire la recherche en sciences humaines de façon transversale, en faisant circuler les savoirs disciplinaires, en les mêlant et donc en diversifiant les approches ou méthodes d’analyse et les matières premières ou supports de travail dans les processus d’étude des phénomènes humains.

Globalization and « Minority » Cultures: the Role of « Minor » Cultural Groups in Shaping our Global Future

Globalization and “Minority” Cultures: The Role of “Minor” Cultural Groups in Shaping Our Global Future is a collective work which brings to the forefront of global studies new perspectives on the relationship between globalization and the experiences of cultural minorities worldwide.

These perspectives are crucial to the process of questioning contemporary global values and practices, and contribute to current debates in a variety of fields (politics, education, culture, the economy, etc.) on the causes, consequences and future of globalization. The book develops new theories and practices of transculturality that link different theoretical and cultural spheres in order to formulate new discussions and propositions about appropriate responses to give in defiance of the adverse effects of globalization.

Click here to access more information about the book, including the table of contents

Les interculturalités, État des lieux et perspectives, théories et pratiques

EidCynthia Eid, Fady Fadel, eds. Les interculturalités, État des lieux et perspectives, théories et pratiques . Fernelmont (Belgique), InterCommunications SPRL & Editions Modulaires Européennes, 2014. ISBN : 978-2-8066-2913-5

Actes du colloque de Beyrouth « Interculturalités !? État des lieux et perspectives, théories et pratiques » 2 mai 2012 – 4 mai 2012

Ce colloque interdisciplinaire constituait le premier volet d’une manifestation scientifique internationale co-organisée entre l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (laboratoire Suds d’Amériques/ILEI) et l’Université Antonine du Liban.

« Le thème du collectif porte sur « Les
interculturalités » État des lieux et perspectives, théories et pratiques.
Sa richesse est multiple : vingt-trois articles sont rédigés par des auteurs venant de onze pays différents, des hommes et des femmes, de confessions, de croyances et de religions différentes, du nord et du sud, de l’est et de l’ouest. De Beyrouth (Liban) à Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (France), deux axes constituent la toile de fond du collectif : le premier illustre le vécu de pratiques et les expériences  d’intertextualité « engagée », qu’il s’agisse de cohabitation entre communautés, genres, créations culturelles ou situations pédagogiques ; le second tente de déconstruire ces pratiques interculturelles et d’en dégager « l’anthropologie », en explorant le « biotope » de l’interculturalité, entre enjeux de pouvoir, postcolonialisme, psychologie sociale, histoire et enjeux institutionnels. »

Table des matières
Flyer
Bon de commande
Commande en ligne (site de l’éditeur)

Le deuxième colloque, Interculturalités!? Etat des lieux, malentendus, perspectives, théories et pratiques a eu lieu à St Quentin en Yvelines du 12 au 14 septembre 2012.

La notion d’aires culturelles : approches philosophiques et sémiologiques

Compte-rendu de la journée d’études organisée par Damien Erhardt (SLAM/UEVE) et Jacques Pothier (CHCSC/UVSQ) à l’Institut des Amériques

logo_idaLe compte-rendu de la JE du 12 décembre 2013 à l’Institut des Amériques et les documents annexes sont en ligne sur le site du carnet TRACES.

Une deuxième journée d’études sur ce thème est organisée au GIGA (German Institute of Global and Area Studies) à Hambourg le 10 mars 2014 sous le titre « Conceptual Innovations in Area Studies (voir le programme). « 

Terres d’empires revisitées – pour une histoire comparée des gestes coloniales contemporaines

Marie-Hélène Fraïssé reçoit Pierre Singaravélou sur France Culture (émission du 07/01/2014).

Un vaste chantier historique est à l’œuvre depuis trente ans, renouvelant l’analyse des différents modes de domination coloniale. L’heure est aux analyses comparées et croisées des divers « empires ».

Avec , Pierre Singaravélou, Maître de conférences en histoire contemporaine, Paris I- Panthéon Sorbonne, directeur de « Les empires coloniaux » (XIXè-XXè siècle) (Seuil)

Écouter l’émission :    Ecoutez l'émission

Lien(s)

EDITIONS DU SEUIL. Les Empires coloniaux (XIXe-XXe siècle), par Pierre Singaravélou. Cet ouvrage propose, pour la première fois en langue française, une synthèse retraçant l’histoire de l’ensemble des empires coloniaux contemporains (européens, japonais, états-unien), aux XIXe et XXe siècles

« Atlas des empires coloniaux », par Pierre Singaravélou, Jean-François Klein, Marie-Albane de Suremain. En plus de 130 cartes et infographies, voici le premier atlas historique mondial qui aborde l’ensemble des empires coloniaux du XIXe au milieu du XXe siècle. Un projet d’histoire globale : des grands empires, français et britannique, à des empires plus petits, non européens ou continentaux. Dynamiques, conflits, révoltes et résistances…

Enseignements universitaires francophones en milieux bi/plurilingues : légitimations et mises en oeuvre

Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères

La Revue Recherche en Didactiques des Langues et des Cultures (RDLC): Les Cahiers de l’ACEDLE vient de publier un numéro intitulé « Enseignements universitaires francophones en milieux bi/plurilingues: légitimations et mises en oeuvre. »

Présentation du numéro, par Danielle Homer (Université du Maine) et Frédéric Turpi (Université de la Réunion):

Le dossier thématique de ce numéro, issu des travaux de l’axe Éducation et Plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales du projet régional Pluri-L de la région des Pays de la Loire, est consacré à diverses légitimations et mises en œuvre d’enseignements universitaires francophones en milieux bi / plurilingues. À ce titre, nous souhaitons apporter des éclairages variés, tenant compte du statut des langues en présence, au sujet du développement d’une compétence bi / plurilingue à l’université, que ce soit du point de vue des acteurs concernés, des dispositifs conçus ou des difficultés rencontrées au moment de la réalisation. Une partie varia comprend deux études qui concernent l’une le niveau primaire et l’autre le niveau secondaire.

Mots-clés : plurilinguisme, français langue étrangère, bilinguisme, politiques linguistiques, contexte académique

Abstract: The thematic dossier of this issue stems from the work carried out by Éducation et Plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales a strand of the regional project Pluri-L (Pays de la Loire region), and is dedicated to diverse legitimations and implementations of Francophone university teaching in bi-plurilingual milieus. By taking into account the status of the languages involved, we would like to offer various perspectives on the development of a bi-plurilingual competence at the university be it from the point of view of the participants, the programmes put in place, or the challenges faced during their implementation. A varia section includes two studies that focus respectively on primary and secondary levels.

Keywords: education, French as a foreign language, plurilingualism, language policies

1. Sur la thématique du dossierLe dossier thématique de ce numéro est consacré à des problématiques sociolinguistiques et didactiques propres à des dispositifs où l’enseignement universitaire en français est proposé – quelquefois imposé – par un nombre bien déterminé d’établissements spécifiques (certaines facultés, des écoles ou des instituts supérieurs) à des étudiants dont ce n’est pas la langue première et qui n’ont été que partiellement, voire jamais, scolarisés en français.

Plus exactement ce sont les légitimations de ces dispositifs et les conditions de leurs mises en œuvre qui font l’objet des sept études rassemblées ici. Elles sont analysées à travers des perspectives qui sont, le plus souvent, représentatives du propre positionnement des auteurs au sein de ces dispositifs…

Pour lire la suite de cette présentation et accéder à la table des matières de la publication, allez sur le site de l’ACEDLE: http://www.acedle.org/spip.php?rubrique227

 

TRANSFOPRESS: transnational network for the study of foreign language press (XVIIIth-XXth Century)

 

TRANSFOPRESS

By Diana Cooper-Richet

The press written in languages other than the national language(s) is an important historical, but also contemporary, international phenomenon, that can easily be illustrated by the following examples. In London, and later in Saint-Hélier (Jersey), between 1853 and 1856, Charles Ribeyrolles’s L’Homme, Journal de la démocratie universelle was put on the market for the French exiles of the 2 December 1851 Coup d’Etat. At the very same time, in Paris, the Anglo-Italian publishers, Galignani, were selling their English language daily, Galignani’s Messenger (1814-1886). Among communities of immigrants, periodicals in foreign languages were also being issued, such as La Estella de Chile (1891) in Paris. Other publications, were aiming at being the vectors of transatlantic communication. El Correo de ultramar (1842-1886), also published in Paris for the Hispano-American market, is one such example. Nowadays, similar papers are available in many countries. The Buenos Aires herald, A World of Information in a few words, founded in 1876, is on sale in the newsstands in Argentine. For the last few years, in Burma (Myanmar), travelers and residents have been able to read the Myanmar Times, Myanmar’s first international weekly. In China, they can refer to China Daily, in Moscow they buy Moscow News and if they want to push as far as Oulan Bator they will find The Mongol Messenger.

Despite their varying circulation, the quality and the durability of a certain number of them, most of these periodicals have rarely attracted the attention of the academic community, be it in France, Britain, the United States, Canada, or Australia, which are all countries of immigration. The only research conducted, on a few of these publications, has tended to focus on groups of political exiles. But it seems clear that these papers deserve to be examined for themselves, as periodicals belonging to the histories of the national press, providing information on the circulation of ideas, but also on that of scientific and technical knowledge. Yet, because of the “strangeness” of the language in which they are written, they have been almost completely neglected by the “official” histories of the book, the press and the libraries, which have essentially aimed at building national identities. A new, useful approach would be to consider these periodicals in a transnational framework. It could be stimulating, and no doubt more fruitful, for instance, to enable Latin-American and French researchers to work together on the 80 or more newspapers in Spanish, or on the reviews in Portuguese, published in Paris during the XIXth Century, in order to understand the context and the conditions of their publication as well as those of their reception and their dissemination.

Most of these periodicals have been totally forgotten in the world history of the press. The state of research on this extremely important corpus – more than 500 periodicals in foreign languages published in France during the XIXth Century, currently registered- is both embryonic and fragmented. The periodicals in foreign languages must be thoroughly catalogued, and research must be launched, considering that, in most cases, only their titles are known. When this initial stage has been reached and an annotated bibliography has been drafted, a first scientific conference could be organized in order to compare the results obtained by the different members of the network, more particularly concerning the different types of publications, the people who initiated them, the publishing houses which marketed them, the languages in which they were written, their networks, their longevity, their chronology, their content, their readers, their area of dissemination…. A publication could then be planned. It is, indeed, essential to cast a fresh look on these very specific periodicals. Studying them will help deepen the knowledge available on the circulation of persons and ideas, clarify the complex cultural transfers which they induce, enhance the understanding of the culturally mixed identities which they give birth to, thereby enabling the conception of a global history of the press in foreign language and its circulation in the world.

The colleagues, researchers and teachers, the students, of all fields –historians of the book, of the press or of immigration, specialists of a specific cultural area: Anglicists, Germanists, Hispanists….. – who would like to join this network are requested to contact Diana Cooper-Richet in charge of TRANSFOPRESS in cooperation with Michel Rapoport, researchers in the Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaine (CHCSC) of the University de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), France.

Ouvrage: Les français dans la mondialisation

images982COMPG

 

Le(s) français dans la mondialisation, sous la direction de V. Castellotti. Fernelmont, EME Editions, 2013, 470 p.
ISBN 978-2-8066-0708-9
Dans l’environnement géo-sociolinguistique actuel, peut-on encore parler DU français, comme d’une entité uniforme, voire universelle ? Peut-on enseigner ou apprendre LE français, comme s’il s’agissait d’un français « éternel », attaché à une France figée dans son passé, qui en serait propriétaire ?

Les contributions réunies dans ce volume explorent, a contrario, les conditions de développement de dynamiques francophones hétérogènes, en relation aux dimensions linguistiques et culturelles plurielles des situations contemporaines. Se construisent ainsi des projets, dans les domaines sociolinguistique, littéraire, didactique, inscrits dans un « pacte des langues » où le(s) français se confronte(nt) aux autres langues pour créer les conditions de recherches francophones diversitaires.

Véronique Castellotti
 
Table des matières

PREAMBULE

V. CASTELLOTTI, « Français et francophonies dans la mondialisation » 

OUVERTURE

J.M. KLINKENBERG, « La francophonie : pour qui ? pour quoi ? »

 PREMIERE PARTIE – Le(s) français dans le monde : politiques, fonctions, usages

J. ERFURT, « Du français langue de la colonisation à la francophonie. Regards sur l’histoire des concepts et des idéologies linguistiques »

N. MIURA, « Un regard politique sur la diffusion et la réception du français au Japon »

O. S. AMEDEGNATO, « De quelques paradoxes de la situation du français en Afrique subsaharienne »

R. GOVAIN, « Le français haïtien et l’expansion du français en Amérique »

K. TALEB IBRAHIMI, « Le français, une langue étrangement algérienne »

L. MESSAOUDI, « Formes d’appropriation linguistique de la langue française au Maroc : entre fonctionnalité et identité »

K. VANDERMEULEN, « Langue et intégration en contexte migratoire. Quelle dialectique dans la politique d’intégration linguistique française ? »

J. BEZIAT, « Un soutien à la recherche dans les espaces francophones. La revue en ligne frantice.net »

 DEUXIEME PARTIE – Orientations didactiques et démarches formatives

L. ABOU HAIDAR, « Quelles formations pour les professeurs de français dans le cadre de la coopération ? Analyse de cas : l’action de coopération pour le français à Marrakech »

F. ISHIKAWA, « La didactique du FLE au Japon face à la mondialisation de l’éducation : enjeux des mesures éducatives et de la formation des enseignants »

E. KLETT, « La formation des enseignants en Argentine. De nouveaux parcours pour l’appropriation du français »

T. JEANNERET, S. PAHUD ET A.C. ZEITER, « Quels français apprendre, quels français enseigner ? Variétés de français écrit d’étudiants alloglottes en Suisse romande »

M. PADONOU, C. AVRAM, « Français langue étrangère : choix institutionnels et contextes professionnels en Europe Centrale et orientale. Pour une meilleure prise en charge de l’enseignement/apprentissage du français à l’université »

A. PROSCOLLI, S. MARKANTONAKIS, S. THEODORAKEAS, « Le projet de numérisation du manuel scolaire pour la classe de FLE au collège héllénique. Des enjeux politiques aux apports pédagogiques »

N. ROCTON, « Le français en chansons, tranche de mémoire des Alsaciens dialectophones : une expérience en EHPAD »

 TROISEME PARTIE-Expressions littéraires, variations et appropriation du français

A. KORDONI, « Hybridité linguistique et recherche identitaire dans les écritures francophones grecques : le cas de Margarita Liberaki et de Vassilis Alexakis »

F. L. MIHALOVICI, « Evolution et permanence de la figure de l’ogre sur les territoires francophones. Mondialisation d’un passeur culturel »

J. BERGERON-PROULX, « Usage de la langue et imaginaire national dans le roman pour adolescents en Belgique francophone et au Québec »

L. COLLÈS, « La littérature migrante dans l’espace francophone : une métaphore de la diversité culturelle à exploiter en classe de français »

S. DARDAILLON, « Pluralité du théâtre contemporain francophone pour la jeunesse : langue en jeu, enjeux d’apprentissage »

QUATRIEME PARTIE-Des recherches diversitaires ?

E. RAZAFIMANDIMBIMANANA, G. FORLOT, « Des chercheurs plurilingues et plurimigrants en français : des recherches anéoué différentes ? »

E. HUVER, « La diversité au centre de projets à construire. Réflexions autour d’un projet de recherche en didactique des langues : le projet DIFFODIA »

V. FEUSSI, C. PEIGNE, « Construction de savoirs enseignants en contextes universitaires au Cameroun et en Afrique du Sud »

C. GOÏ, C. TORRES CASTILLO, « Réflexivité altéritaire et rencontre interculturelle dans un projet de recherche international. L’exemple du croisement des regards France-Mexique dans le cadre du projet DIFFODIA »

D. BEL, E. HUVER, M. LIANG, R. MAO, « A la recherche de la « méthode chinoise ». Convergence des discours, diversité des pratiques, pluralité des interprétations »

M. DEBONO, « Pragmatique, théorie des actes de langages et didactique des langues-cultures. Histoire, arrière-plans philosophiques, conséquences et alternatives »

CONCLUSION

D. COSTE, « Diffusion, appropriation, glocalisation »

 

UCLA National Heritage Language Resource Center

Dans le cadre de son « International Institute (Center for World Languages) », UCLA héberge un National Heritage Language Resource Center .

Qu’est-ce qu’une langue « patrimoniale »? Question mal posée–le centre envisage  plutôt la situation sous l’angle des locuteurs de langues « minorisées »:  « Individuals exposed to a language spoken at home but educated primarily in English are heritage speakers of the home language », explique la page de présentation du centre.

Au-delà se définit le champ des « heritage/community languages ».

The National Heritage Language Resource Center, at the University of California, Los Angeles, is one of 15 Language Resource Centers funded by the U.S. Department of Education.

Over 57 million people in the U.S. speak a language other than English at home (U.S. Census Bureau, 2006-2010).

NHLRC’s mission is to develop effective pedagogical approaches to teaching  heritage language learners, both by creating a research base and by  pursuing curriculum design, materials development, and teacher  education.

The creation of a national center dedicated to heritage language education  attests to the importance of this new field to the nation. California is an ideal venue for NHLRC since almost 27% of its population five years  of age and older is foreign born, and 42% speak a home language other  than English (U.S. Census Bureau, 2005-2009).

Naturellement, la première langue patrimoniale des Etats-Unis est l’espagnol.

A noter que l’appel à propositions est lancé pour la Second International Conference on Heritage/Community Languages

  • March 7-8, 2014. Heritage/community language education is a developing  multidisciplinary field at the intersection of demography, sociology,  psychology, neuroscience, education and other disciplines.

Paul Jay – Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies

Global mattersPaul Jay. Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies. Ithaca: Cornell UP, 2010. 231pp., Print.
Cornell Paperbacks: ISBN 978-0-8014-7607-5

Paul Jay’s book aims to historicize the evolution of literary and cultural studies, questioning the view that globalization may be a strictly contemporary or postmodern phenomenon in which economic evolutions would trump cultural issues. Jay contemplates a shift in focus in the field of English studies from a national to a transnational framework. In the romantic period, the nation could be regarded as the home  for single literatures and languages. The arnoldian model sawthe « best » literature as trnascending local and historical circumstances to embody universal truths and a relevance to the definition of a universal condition. The new engagement is with differences: transnational spaces, race, class, gender, hybrid identities, border regions. , so that « American studies » have become transnational. But Jay warns against « facile approaches to the study of cultural globalization that tend to simply celebrate diversity and hybridity without thinking critically enough about its effects. »

In its second part the book examines a handful of works of fiction that transcend the national boundaries to which they belong, thus embodying the « transnationalizing of English literature. »

Paul Jay’s book is reviewed in AmeriQuests 8.1 (2011) and elsewhere (see Paul Jay’s page on the book for his selection of reviews).

Aux sources de la mondialisation

Sur le carnet du laboratoire « Printemps », les traces du colloque des 19-20 septembre 2012, les podcasts:

Programme du colloque, argumentaire des organisateurs: Lamia Missaoui, Olivier Roueff et Thomas Brisson

1er épisode: Le droit sans frontières

2ème épisode: Les mots et les traductions

3ème épisode: Les mondialisations par le bas

« Interculturalités!? » Quelques indications bibliographiques…

Quelques indications, car le sujet est immense… tout au plus une façon de garder trace d’un certain nombre de références bibliographiques évoquées par les uns ou les autres dans cette recherche collective. Suggestions d’ajouts bienvenues à jacques.pothier@uvsq.fr

Abdallah-Pretceille, Martine. « Propositions pour une généalogie de l’interculturel. » Postface à Lavanchy, Anne ; Anahy Gajardo et Fred Devlin, eds.  Anthropologies de l’Interculturalité L’Harmattan, 2011.

Appadurai, Arjun. Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation. Paris : Payot 2001.

Appiah, Kwame Anthony « Whose Culture Is It ? » ( New York Review of Books, 9 février 2006) 38

Auger, Nathalie ; Christine Béal & Françoise Demougin, eds. Interactions et interculturalité : variété des corpus et des approches. Bern : Peter Lang, 2012.

Bayart, Jean-François. L’Illusion identitaire, Fayard 1996. Ed. révisée The Illusion of Cultural Identity, Londres : Hurst, 2005.

Bazin, Laurent. « L’Etat et l’interculturalité : Le dernier bastion du colonialisme ». In Lavanchy et al. , 2011.

Bhabha, Homi K. The Location of Culture. London, New York: Routledge, 1994.

Blanchet, Philippe ; Daniel Coste (dir), Regards critiques sur la notion d’ « interculturalité ».  l’Harmattan, 2010.

Dervin, Fred. Impostures Interculturelles. L’Harmattan (Logiques Sociales), 2011.

Dervin, Fred; Gajardo, Anahy; Anne Lavanchy. Politics of Interculturality. Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars, 2011.

Descola, Philippe, dir. La Fabrique des Images : visions du monde et formes de la représentation, Paris, Somogy & Musée du Quai Branly, Paris, 2010. Publié à l’occasion de l’exposition du même titre du16 février 2010 au 11 juillet 2011

Dollfus, Olivier ; Christian Grataloup ; Jacques Lévy. « Le Monde : pluriel et singulier » in Mondialisation : Les mots et les choses, coord. par M. Beaud, O. Dollfus, C. Grataloup, P. Hugon, G. Kébabdjian, J. Lévy, Editions Karthala, Paris, 1999

Featherstone, Mike; Scott Lash, eds. Spaces of Culture: City – Nation – World. Londres: SAGE, 1999.

Gajardo, Anahy; Fred Dervin; Anne Lavanchy, « « United Colors of … Interculturel » ? Usages, pièges et perspectives d’un terme plurivoque » Anthropologies de l’interculturalité (L’Harmattan, 2011)

Glissant, Edouard. Traité du Tout-Monde, Poétique IV. Gallimard, 1997. (créolisation)

Hall, Edward T.. The Silent Language (1959), The Hidden Dimension (1966), Cultural Difference (1999) à Intercultural Communication Institute www.intercultural.org p Portland, OR

Herder, Johann Gottfried. Ideas on the Philosophy of the History of Mankind (1784-91).

Jay, Paul. Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies. Ithaca, New York: Cornell University Press, 2010. Pp. xi + 231; ISBN: 978-0-8014-7607-5

Ladmiral, Jean-René ; Edmond Marc Lipiansky. La communication interculturelle. Armand Colin, 1989.

Lavanchy, Anne ; Anahy Gajardo et Fred Devlin, eds.  Anthropologies de l’Interculturalité L’Harmattan, 2011.

Nowicki, Joanna, et Oustinoff, Michael, eds. Hermès n°49 sur « Traduction et mondialisation », (2007). En ligne : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/23705

Price, Sally. Paris Primitive—Jacques Chirac’s Museum on the Quai Branly (Chicago : U. of Chicago Press, 2007) ; tr. Nelcya Delanoë, Au musée des illusions : le rendez-vous manqué du quai Branly (Denoël, 2011).

Rothstein, Edward “French Museums Atone for a Colonial History”, New York Times, 25 novembre 2011

Steiner, George. Aspects of Language and Translation. OUP, 1975.

Thiesse, Anne-Marie. La création des identités nationales. Seuil (L’univers historique), 1999

Welsch, Wolfgang « Transculturality – the Puzzling Form of Cultures Today », in Spaces of Culture: City, Nation, World, ed. by Mike Featherstone and Scott Lash, London: Sage 1999, 194-213.

Dossier « Multiculturalism and/or Transculturalism » dans la revue en ligne Hypercultura

Dans sa deuxième livraison, la revue roumaine Hypercultura (Revistă bianuală de studii literare, culturale şi lingvistice / A Biannual Journal of Literary, Cultural and Linguistic Studies) publie une série de contributions sur « multiculturalisme et transculturalisme » issues d’un colloque qui a eu lieu les 6 et 7 juin 2012. En roumain, français et anglais.

Entre autres:

Sorina GEORGESCU
Foreword

Rob KROES
« Citizenship, Nationhood and Multiculturalism: European Dreams and the American Dream »

Estella Antoaneta CIOBANU
« Religion and ‘Race’ as Ur-Cultural Referents in Nineteenth-Century ‘America’, or How to Practise Transculturalism Before the Age of Transculturalism »

Téléchargeable: http://sorina.softadviser.ro/pdf/anunturi/Hypercultura/Hypercultura.pdf

Revue ELOHI: peuples indigènes et environnement

Descriptif du site des presses universitaires de Bordeaux:

Elohi – Peuples indigènes et environnement est une revue semestrielle dont l’objet d’étude est le rapport particulier que les peuples indigènes, de par la planète, entretiennent avec leur environnement, et les représentations qu’ils s’en font. Afin d’appréhender cet objet dans sa globalité, Elohi se place résolument dans une perspective internationale et pluridisciplinaire, et accueille des contributions en français, en anglais et en espagnol.

lien vers les numéros 1 et 2 de la revue Elohi:

http://pub.u-bordeaux3.fr/index.php/revues/elohi.html

 

 

Mondialisation et peuples minorisés: quelques textes de référence

La littérature qui traite du lien entre mondialisation et peuples minorisés dans une perspective de valorisation de l’expérience minoritaire est encore peu développée. Deux textes principaux, publiés dans les années 2000, traitent de ce lien dialogique entre problématiques de mondialisation et problématiques ethniques. Le premier texte, The New Imperial Order: Indigenous Responses to Globalization, écrit par le professeur Makere Stewart-Harawira et publié en 2005, examine et critique les ontologies politiques et légales qui ont formé la base sur laquelle la loi internationale, les états-nations, et par conséquent les sociétés contemporaines occidentales, ont vu le jour. Pour ce faire, l’auteur met en avant les principes ontologiques et cosmologiques partagés par de nombreuses populations minoritaires/indigènes qui nous aident à penser un contexte alternatif à l’ordre socio-économico-politique mondial actuel. En s’appuyant sur la perspective Maori, ce texte rend visible les problématiques de la mondialisation et les nouvelles formes de domination globale qui en découlent, et nous aiguille vers une organisation alternative de nos institutions modernes.

Un deuxième texte, Indigenous Peoples and Globalization: Resistance and Revitalization, écrit par Thomas D. Hall et James V. Fenelon et publié en 2009, nous offre une perspective globale sur les mouvements sociaux indigènes les plus marquants de l’histoire contemporaine. Ces mouvements sociaux sont replacés par les auteurs dans un contexte social et politique global, ce qui nous permet de comprendre comment certaines populations minorisées ont réussi à survivre et résister aux pressions de la mondialisation. Ce texte traite du lien entre expériences locales/régionales et politiques globales et montre comment certaines pratiques régionales (politiques, sociales, légales, culturelles, etc.) peuvent aider à remettre en question et réviser certaines pratiques globales de l’ordre mondial en place.

Information sur les auteurs:

Makere Stewart-Harawira est professeur à l’Université d’Alberta, Canada, spécialiste du domaine des « Educational Policy Studies. » Elle enseigne plus spécifiquement dans un programme de son université: « the Indigenous Peoples Graduate Education programme ». Ses domaines d’intérêt en termes de recherche sont les ontologies indigènes, la problématique des « global citizenship », et les nouvelles formations de gouvernance globale.

Thomas D. Hall est professeur d’anthropologie à l’Université DePaux et James V. Fenelon est professeur de sociologie à la California State University–San Bernardino. Leurs intérêts de recherche se rejoignent à travers la thématique du « world system analysis » qui propose une nouvelle théorisation des processus sociaux globaux en incluant l’expérience des populations « périphériques », c’est-à-dire minoritaires, non prises en compte jusqu’ici, et qui permet de rendre visible et d’expliciter certains processus clés du fonctionnement des cultures « majoritaires ».

Autres textes de référence:

Globalization and America: Race, Human Rights, and Inequality d’Angela J. Hattery, David G. Embrick et Earl Smith (21 mai 2008)

Globalizing the Sacred: Religion Across the Americas de Manuel A. Vasquez et Marie Friedmann Marquardt (31 août 2003)

Alternative Contact: Indigeneity, Globalism, and American Studies de Paul Lai et Lindsey Claire Smith (20 mai 2011)

Globalization and Multicultural Societies: Some Views from Europe de Marina Ricciardelli, Sabine Urban, Kostas Nanopulos et Kostas Nanopoulos (31 juillet 2003)

Maintaining Minority Languages in Transnational Contexts: Australian and European Perspectives de Anne Pauwels, Joanne Winter et Joseph Lo Bianco (17 avril 2007)

China’s Ethnic Minorities and Globalisation de Colin Mackerras (24 avril 2003)

American Indians and the Mass Media. Edité par Meta G. Carstarphen et John P. Sanchez, University of Oklahoma (2012).

An Ethic of Mutual Respect. The Convenant Chain and Aboriginal-Crown Relations. de Bruce Morito. UBC Press (2012).