Terres d’empires revisitées – pour une histoire comparée des gestes coloniales contemporaines

Marie-Hélène Fraïssé reçoit Pierre Singaravélou sur France Culture (émission du 07/01/2014).

Un vaste chantier historique est à l’œuvre depuis trente ans, renouvelant l’analyse des différents modes de domination coloniale. L’heure est aux analyses comparées et croisées des divers « empires ».

Avec , Pierre Singaravélou, Maître de conférences en histoire contemporaine, Paris I- Panthéon Sorbonne, directeur de « Les empires coloniaux » (XIXè-XXè siècle) (Seuil)

Écouter l’émission :    Ecoutez l'émission

Lien(s)

EDITIONS DU SEUIL. Les Empires coloniaux (XIXe-XXe siècle), par Pierre Singaravélou. Cet ouvrage propose, pour la première fois en langue française, une synthèse retraçant l’histoire de l’ensemble des empires coloniaux contemporains (européens, japonais, états-unien), aux XIXe et XXe siècles

« Atlas des empires coloniaux », par Pierre Singaravélou, Jean-François Klein, Marie-Albane de Suremain. En plus de 130 cartes et infographies, voici le premier atlas historique mondial qui aborde l’ensemble des empires coloniaux du XIXe au milieu du XXe siècle. Un projet d’histoire globale : des grands empires, français et britannique, à des empires plus petits, non européens ou continentaux. Dynamiques, conflits, révoltes et résistances…

Présentation

Ceci est le premier billet des membres du laboratoire CHCSC de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines  qui développent leurs activités de recherche sur les aires culturelles des Suds américains (Sud des Etats-Unis, zone caraïbe, Amérique Latine) et sur le « triangle atlantique » (Europe, Amériques du Sud et du Nord) dans une perspective pluridisciplinaire d’anthropologie culturelle: identités, interculturalité et zones de contact, histoire, patrimoine immatériel et productions culturelles (littératures, médias audio-visuels, nouvelles formes de communication et d’expression). Grâce à l’arrivée de nouveaux membres, notre aire d’étude reste toujours fidèle à l’espace Sud, mais prend son envol à travers tous les Suds continentaux.

 

Le rapprochement de disciplines habituellement cloisonnées permet des regards croisés, garants d’une rigueur scientifique accrue. Si les chercheurs de Suds continuent de contribuer à l’avancement des connaissances et des pratiques dans leurs disciplines respectives, ils se retrouvent autour de projets fédérateurs à Suds.

Tout autant que le développement des savoirs, c’est la rencontre des représentations, des modèles et des méthodologies, autrement dit des « cultures » (régionales et épistémologiques) que Suds souhaite favoriser et étudier. Il entend mettre en question les zones frontières, ce que symbolise la barre horizontale de son logo.1

  1. Projection jusqu’au Pacifique de la ligne Mason-Dixon qui au dix-neuvième siècle constituait la limite symbolique séparant le sud esclavagiste et le nord []