26 January 2018, International workshop: North America and Oceania; borders and transnationalism in the English-speaking world

cfp-sophie.JPG

International workshop

North America and Oceania: borders and transnationalism in the English-speaking world

In November 2016, the CHCSC research centre at the University of Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines organized a workshop entitled “North America and Oceania: issues in relations between two changing cultural and political areas.” This event aimed to reflect on the characteristics and complexity of current relations between the countries or regions of North America and Oceania, as well as engage in a comparative study of their nations’ and territories’ approaches to shared issues of regional or global significance in the economic, social, legal, environmental and cultural realms. At this November 2016 event, presentations by invited researchers focused on the following issues: aspects of the diplomatic relations between the two geopolitical spaces, indigenous alliances in resisting colonial and postcolonial legacies in the regions and finally, cross-cultural influences between these two regions, particularly in the context of sporting events.

In order to continue the conversation on the current dynamics and relations between these Anglophone spaces, a second workshop will be organized that will take bordering, qua dynamic process, as its main prismatic lens, in the context of the study of regional, state and international issues. A bordering perspective on the relationship between two geopolitical spaces implies and at the same time goes beyond the study of such spaces as territorial entities defined by their physical borders; it involves the study of borders at diverse socio-spatial and geographical scales and thus implies an analysis of the construction of borders by groups that make up new communities of interest through ideology, attitudes, political discourses, social choices, struggles (etc.) beyond national borders. This would also involve an analysis of cultural, literary and artistic perceptions on borders, as areas that create and separate national spaces, but also as in-between locations, liminal zones or ‘borderlands’.

The questions that a border perspective on North-American-Pacific relations raises are the following: which states from these two geopolitical areas are creating supra-national alliances in order to deal with current regional/international issues, such as the “refugee crisis”? Which socio-spatial areas are being created, as a consequence of the globalization of human concerns, which cross the geopolitical borders/boundaries of nation states within and between these geopolitical areas? Which specific interests do these spaces defend or oppose, such as notions of property or privilege and on what ethical, civic or political grounds do certain movements seek to challenge traditional borders? What are these regions’ common or differing approaches to major international issues (issues related to migration, human rights, sustainability, new-colonization, etc.) and through what kind of transnational relations by civil society, through what kind of cultural cross-pollination, are traditional borders brought into question and new border areas elaborated?

For the scope of this conference, “North America” will refer to Canada, the United States, and the island states and territories of the Caribbean. Oceania encompasses Australia, Papua New Guinea, New Zealand, the dozen other sovereign states among the southern and equatorial Pacific Islands, and the various dependent territories in the region.

The following are suggested issues to be examined within this bordering perspective:

I. International relations: cooperation or disunity in the Anglosphere, in the face of global issues. Suggested topics include:

– responses to transnational environmental issues;

– cooperation between small island states of the Pacific and the Caribbean (for example on matters of environmentally sustainable social and economic development);

– responses to, and effects of, Donald Trump’s presidency on North America-Oceania relations: on international cooperation, trade (whither the TPP?), military alliances and international security…

II. Nationhood and borders in a globalised, ‘post-colonial’ Anglophone world. Suggested topics include:

– the notion of ‘Americanisation’ of Pacific societies (perceptions and realities, responses…);

– Pacific cultural influences in North America (the image of Pacific societies; the place and visibility of Pacific migrant communities; cultural projections by Pacific states for purposes of tourism or trade…: the mechanisms of the construction of Pacific imagery, perceptions and stereotypes);

– the ‘colonial’ question in the United States’ Micronesian territories, or in American Samoa: the strategic usage of these territories in US foreign policy; the functioning and adaptation of local institutions derived from US models; perspectives’ on these territories’ future, and their viability as potential states…;

– liminality, trans-border identities and cultural perceptions thereof.

This interdisciplinary conference welcomes researchers in the humanities and social sciences, including researchers in the arts and literature, as well as political science and law. Presentations will be given in English or in French.

Publication, however, will be in English.

Date: January 26, 2018.

Location: University of Strasbourg

Proposals for papers, panels or round tables should be sent to Ron Leask (rleask@unistra.fr) before 5 September 2017.

Journée d’études internationale

Amérique du Nord et Océanie : frontières et transnationalisme dans le monde anglophone

En novembre 2016, le laboratoire CHCSC à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines organisait une journée d’études intitulée « Amérique du Nord – Océanie : enjeux des relations multimodales entre deux aires culturelles et politiques en mutation ». Cette conférence visait à réfléchir aux caractéristiques et à la complexité des relations contemporaines entre les États ou les régions d’Amérique du Nord et d’Océanie, ainsi qu’à se livrer à une étude comparative des approches qu’ont ces nations et ces territoires à leurs enjeux partagés ayant une portée régionale ou mondiale – que ce soit dans le domaine économique, social, juridique, environnemental ou culturel. Lors de cette journée de 2016, les chercheurs participants se sont concentrés sur les enjeux suivants : des aspects des relations diplomatiques entre ces deux espaces géopolitiques, les alliances de coopération autochtones en réponse aux héritages coloniaux ou postcoloniaux, et enfin les influences interculturelles entre ces régions, notamment dans le contexte des événements sportifs.

Afin de poursuivre la conversation au sujet de la dynamique et des relations contemporaines entre ces espaces anglophones, une deuxième journée d’études prendra pour prisme la notion de frontière, entendue comme processus dynamique dans le contexte de l’étude des enjeux régionaux, nationaux et internationaux. Prendre la perspective des frontières pour aborder les relations entre deux espaces géopolitiques sous-entend d’envisager ces espaces comme entités territoriales définies par leurs frontières physiques, mais aussi de dépasser ce premier cadre. Cela implique d’analyser les frontières à différentes échelles socio-spatiales et géographiques, et donc de considérer la construction des frontières par les groupes constituant de nouvelles communautés d’intérêts de par leur idéologie, leurs attitudes, leurs discours politiques, leurs choix sociaux, leurs luttes (etc.) par-delà les frontières nationales. Ceci comprendrait également une analyse des perceptions culturelles, littéraires et artistiques relatives aux frontières, comme zones créant et séparant les espaces nationaux mais aussi comme lieux ‘d’entre-deux’, des zones liminaires, des ‘terres frontalières’ (ou borderlands, en anglais).

Les questions que soulève une perspective ‘frontalière’ sur les relations entre l’Amérique du Nord et l’Océanie sont les suivantes : quels États y créent des alliances supranationales pour faire face aux enjeux internationaux actuels, tels que la « crise des réfugiés » ? Quels éléments socio-spatiaux sont en création, en conséquence de la mondialisation des sujets d’inquiétude humains, qui outrepassent les frontières géopolitiques des nations ? Quels intérêts spécifiques ces espaces défendent-ils, ou bien à quels intérêts s’opposent-ils (notions de propriété, de privilèges…), et quels sont les fondements éthiques, civiques ou politiques des mouvements qui défient les frontières établies ? Quelles sont les approches communes ou divergentes de ces régions aux enjeux internationaux majeurs (liés aux migrations, aux droits humains, au développement durable, aux héritages coloniaux, etc.) ? Par le biais de quelles relations transnationales des sociétés civiles, de quelles pollinisations culturelles croisées, les frontières établies sont-elles mises en question, et de nouvelles aires frontalières sont-elles élaborées ?

Le terme « Amérique du Nord » fera référence, dans le contexte de cette conférence, aux États-Unis, au Canada et aux États et territoires insulaires de la région Caraïbe. L’Océanie inclut les seize États indépendants de cette zone géographique, tels l’Australie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Nouvelle-Zélande, etc. et les nombreuses dépendances insulaires de la région.

Ci-dessous une liste (non-exhaustive) des problématiques à traiter dans la perspective des enjeux ‘frontaliers’ entre ces deux aires géographiques :

I. Les relations internationales : la coopération ou la désunion dans cette Anglosphère, face aux enjeux mondialisés. Les sujets proposés incluent :

– les réponses aux enjeux environnementaux transnationaux ;

– la coopération entre les petits États insulaires d’Océanie et des Caraïbes (par exemple en matière de développement social et économique soutenable sur le plan environnemental) ;

– les conséquences qu’a la présidence de Donald Trump sur les relations entre l’Amérique du Nord et l’Océanie, et les réponses qui y sont apportées : en matière de coopération internationale, de commerce (quel avenir pour l’accord de partenariat transpacifique ‘TPP’ ?), d’alliances militaires et de sécurité internationale…

II. Les frontières et le concept de nation dans un monde anglophone globalisé et ‘post-colonial’. Les sujets proposés incluent :

– l’idée d’‘américanisation’ des sociétés océaniennes (perceptions et réalités, réponses…) ;

– les influences culturelles océaniennes en Amérique du Nord (l’image des sociétés océaniennes ; la place et la visibilité des communautés océaniennes d’origine immigrée ; les projections culturelles par les États océaniens à des fins commerciales et touristiques… ; les mécanismes de la construction des imag(inair)es océanien(ne)s, et les perceptions et stéréotypes qui les accompagnent) ;

– la question ‘coloniale’ dans les territoires micronésiens des États-Unis, ou aux Samoa américaines : l’usage stratégique de ces territoires dans la politique étrangère américaine ; le fonctionnement et l’adaptation des institutions locales dérivées de modèles américains ; les perspectives d’avenir de ces territoires, dont leur viabilité en tant qu’États éventuels… ;

– les identités transfrontalières et liminaires, et les perceptions culturelles qui s’y attachent.

Cette conférence se veut interdisciplinaire et accueillera des chercheurs en sciences humaines et sociales, dont les chercheurs en arts et littératures, aussi bien qu’en sciences politiques ou en droit.

Les présentations seront données en anglais ou en français. Les publications, toutefois, se feront en anglais.

Date : le 26 janvier 2018

Lieu : Université de Strasbourg

Les propositions d’interventions, d’ateliers ou de tables rondes doivent êtres envoyées à Ron Leask (rleask@unistra.fr) avant le 5 septembre 2017.

24-26 novembre 2016: colloque international Amérique du Nord – Océanie, enjeux des relations multimodales entre deux aires culturelles et politiques en mutation

cfp-sophie.JPG Continuer la lecture de 24-26 novembre 2016: colloque international Amérique du Nord – Océanie, enjeux des relations multimodales entre deux aires culturelles et politiques en mutation

Globalization and « Minority » Cultures: the Role of « Minor » Cultural Groups in Shaping our Global Future

Globalization and “Minority” Cultures: The Role of “Minor” Cultural Groups in Shaping Our Global Future is a collective work which brings to the forefront of global studies new perspectives on the relationship between globalization and the experiences of cultural minorities worldwide.

These perspectives are crucial to the process of questioning contemporary global values and practices, and contribute to current debates in a variety of fields (politics, education, culture, the economy, etc.) on the causes, consequences and future of globalization. The book develops new theories and practices of transculturality that link different theoretical and cultural spheres in order to formulate new discussions and propositions about appropriate responses to give in defiance of the adverse effects of globalization.

Click here to access more information about the book, including the table of contents

Enseignements universitaires francophones en milieux bi/plurilingues : légitimations et mises en oeuvre

Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères

La Revue Recherche en Didactiques des Langues et des Cultures (RDLC): Les Cahiers de l’ACEDLE vient de publier un numéro intitulé « Enseignements universitaires francophones en milieux bi/plurilingues: légitimations et mises en oeuvre. »

Présentation du numéro, par Danielle Homer (Université du Maine) et Frédéric Turpi (Université de la Réunion):

Le dossier thématique de ce numéro, issu des travaux de l’axe Éducation et Plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales du projet régional Pluri-L de la région des Pays de la Loire, est consacré à diverses légitimations et mises en œuvre d’enseignements universitaires francophones en milieux bi / plurilingues. À ce titre, nous souhaitons apporter des éclairages variés, tenant compte du statut des langues en présence, au sujet du développement d’une compétence bi / plurilingue à l’université, que ce soit du point de vue des acteurs concernés, des dispositifs conçus ou des difficultés rencontrées au moment de la réalisation. Une partie varia comprend deux études qui concernent l’une le niveau primaire et l’autre le niveau secondaire.

Mots-clés : plurilinguisme, français langue étrangère, bilinguisme, politiques linguistiques, contexte académique

Abstract: The thematic dossier of this issue stems from the work carried out by Éducation et Plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales a strand of the regional project Pluri-L (Pays de la Loire region), and is dedicated to diverse legitimations and implementations of Francophone university teaching in bi-plurilingual milieus. By taking into account the status of the languages involved, we would like to offer various perspectives on the development of a bi-plurilingual competence at the university be it from the point of view of the participants, the programmes put in place, or the challenges faced during their implementation. A varia section includes two studies that focus respectively on primary and secondary levels.

Keywords: education, French as a foreign language, plurilingualism, language policies

1. Sur la thématique du dossierLe dossier thématique de ce numéro est consacré à des problématiques sociolinguistiques et didactiques propres à des dispositifs où l’enseignement universitaire en français est proposé – quelquefois imposé – par un nombre bien déterminé d’établissements spécifiques (certaines facultés, des écoles ou des instituts supérieurs) à des étudiants dont ce n’est pas la langue première et qui n’ont été que partiellement, voire jamais, scolarisés en français.

Plus exactement ce sont les légitimations de ces dispositifs et les conditions de leurs mises en œuvre qui font l’objet des sept études rassemblées ici. Elles sont analysées à travers des perspectives qui sont, le plus souvent, représentatives du propre positionnement des auteurs au sein de ces dispositifs…

Pour lire la suite de cette présentation et accéder à la table des matières de la publication, allez sur le site de l’ACEDLE: http://www.acedle.org/spip.php?rubrique227

 

TRANSFOPRESS: transnational network for the study of foreign language press (XVIIIth-XXth Century)

 

TRANSFOPRESS

By Diana Cooper-Richet

The press written in languages other than the national language(s) is an important historical, but also contemporary, international phenomenon, that can easily be illustrated by the following examples. In London, and later in Saint-Hélier (Jersey), between 1853 and 1856, Charles Ribeyrolles’s L’Homme, Journal de la démocratie universelle was put on the market for the French exiles of the 2 December 1851 Coup d’Etat. At the very same time, in Paris, the Anglo-Italian publishers, Galignani, were selling their English language daily, Galignani’s Messenger (1814-1886). Among communities of immigrants, periodicals in foreign languages were also being issued, such as La Estella de Chile (1891) in Paris. Other publications, were aiming at being the vectors of transatlantic communication. El Correo de ultramar (1842-1886), also published in Paris for the Hispano-American market, is one such example. Nowadays, similar papers are available in many countries. The Buenos Aires herald, A World of Information in a few words, founded in 1876, is on sale in the newsstands in Argentine. For the last few years, in Burma (Myanmar), travelers and residents have been able to read the Myanmar Times, Myanmar’s first international weekly. In China, they can refer to China Daily, in Moscow they buy Moscow News and if they want to push as far as Oulan Bator they will find The Mongol Messenger.

Despite their varying circulation, the quality and the durability of a certain number of them, most of these periodicals have rarely attracted the attention of the academic community, be it in France, Britain, the United States, Canada, or Australia, which are all countries of immigration. The only research conducted, on a few of these publications, has tended to focus on groups of political exiles. But it seems clear that these papers deserve to be examined for themselves, as periodicals belonging to the histories of the national press, providing information on the circulation of ideas, but also on that of scientific and technical knowledge. Yet, because of the “strangeness” of the language in which they are written, they have been almost completely neglected by the “official” histories of the book, the press and the libraries, which have essentially aimed at building national identities. A new, useful approach would be to consider these periodicals in a transnational framework. It could be stimulating, and no doubt more fruitful, for instance, to enable Latin-American and French researchers to work together on the 80 or more newspapers in Spanish, or on the reviews in Portuguese, published in Paris during the XIXth Century, in order to understand the context and the conditions of their publication as well as those of their reception and their dissemination.

Most of these periodicals have been totally forgotten in the world history of the press. The state of research on this extremely important corpus – more than 500 periodicals in foreign languages published in France during the XIXth Century, currently registered- is both embryonic and fragmented. The periodicals in foreign languages must be thoroughly catalogued, and research must be launched, considering that, in most cases, only their titles are known. When this initial stage has been reached and an annotated bibliography has been drafted, a first scientific conference could be organized in order to compare the results obtained by the different members of the network, more particularly concerning the different types of publications, the people who initiated them, the publishing houses which marketed them, the languages in which they were written, their networks, their longevity, their chronology, their content, their readers, their area of dissemination…. A publication could then be planned. It is, indeed, essential to cast a fresh look on these very specific periodicals. Studying them will help deepen the knowledge available on the circulation of persons and ideas, clarify the complex cultural transfers which they induce, enhance the understanding of the culturally mixed identities which they give birth to, thereby enabling the conception of a global history of the press in foreign language and its circulation in the world.

The colleagues, researchers and teachers, the students, of all fields –historians of the book, of the press or of immigration, specialists of a specific cultural area: Anglicists, Germanists, Hispanists….. – who would like to join this network are requested to contact Diana Cooper-Richet in charge of TRANSFOPRESS in cooperation with Michel Rapoport, researchers in the Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaine (CHCSC) of the University de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), France.

Ouvrage: Les français dans la mondialisation

images982COMPG

 

Le(s) français dans la mondialisation, sous la direction de V. Castellotti. Fernelmont, EME Editions, 2013, 470 p.
ISBN 978-2-8066-0708-9
Dans l’environnement géo-sociolinguistique actuel, peut-on encore parler DU français, comme d’une entité uniforme, voire universelle ? Peut-on enseigner ou apprendre LE français, comme s’il s’agissait d’un français « éternel », attaché à une France figée dans son passé, qui en serait propriétaire ?

Les contributions réunies dans ce volume explorent, a contrario, les conditions de développement de dynamiques francophones hétérogènes, en relation aux dimensions linguistiques et culturelles plurielles des situations contemporaines. Se construisent ainsi des projets, dans les domaines sociolinguistique, littéraire, didactique, inscrits dans un « pacte des langues » où le(s) français se confronte(nt) aux autres langues pour créer les conditions de recherches francophones diversitaires.

Véronique Castellotti
 
Table des matières

PREAMBULE

V. CASTELLOTTI, « Français et francophonies dans la mondialisation » 

OUVERTURE

J.M. KLINKENBERG, « La francophonie : pour qui ? pour quoi ? »

 PREMIERE PARTIE – Le(s) français dans le monde : politiques, fonctions, usages

J. ERFURT, « Du français langue de la colonisation à la francophonie. Regards sur l’histoire des concepts et des idéologies linguistiques »

N. MIURA, « Un regard politique sur la diffusion et la réception du français au Japon »

O. S. AMEDEGNATO, « De quelques paradoxes de la situation du français en Afrique subsaharienne »

R. GOVAIN, « Le français haïtien et l’expansion du français en Amérique »

K. TALEB IBRAHIMI, « Le français, une langue étrangement algérienne »

L. MESSAOUDI, « Formes d’appropriation linguistique de la langue française au Maroc : entre fonctionnalité et identité »

K. VANDERMEULEN, « Langue et intégration en contexte migratoire. Quelle dialectique dans la politique d’intégration linguistique française ? »

J. BEZIAT, « Un soutien à la recherche dans les espaces francophones. La revue en ligne frantice.net »

 DEUXIEME PARTIE – Orientations didactiques et démarches formatives

L. ABOU HAIDAR, « Quelles formations pour les professeurs de français dans le cadre de la coopération ? Analyse de cas : l’action de coopération pour le français à Marrakech »

F. ISHIKAWA, « La didactique du FLE au Japon face à la mondialisation de l’éducation : enjeux des mesures éducatives et de la formation des enseignants »

E. KLETT, « La formation des enseignants en Argentine. De nouveaux parcours pour l’appropriation du français »

T. JEANNERET, S. PAHUD ET A.C. ZEITER, « Quels français apprendre, quels français enseigner ? Variétés de français écrit d’étudiants alloglottes en Suisse romande »

M. PADONOU, C. AVRAM, « Français langue étrangère : choix institutionnels et contextes professionnels en Europe Centrale et orientale. Pour une meilleure prise en charge de l’enseignement/apprentissage du français à l’université »

A. PROSCOLLI, S. MARKANTONAKIS, S. THEODORAKEAS, « Le projet de numérisation du manuel scolaire pour la classe de FLE au collège héllénique. Des enjeux politiques aux apports pédagogiques »

N. ROCTON, « Le français en chansons, tranche de mémoire des Alsaciens dialectophones : une expérience en EHPAD »

 TROISEME PARTIE-Expressions littéraires, variations et appropriation du français

A. KORDONI, « Hybridité linguistique et recherche identitaire dans les écritures francophones grecques : le cas de Margarita Liberaki et de Vassilis Alexakis »

F. L. MIHALOVICI, « Evolution et permanence de la figure de l’ogre sur les territoires francophones. Mondialisation d’un passeur culturel »

J. BERGERON-PROULX, « Usage de la langue et imaginaire national dans le roman pour adolescents en Belgique francophone et au Québec »

L. COLLÈS, « La littérature migrante dans l’espace francophone : une métaphore de la diversité culturelle à exploiter en classe de français »

S. DARDAILLON, « Pluralité du théâtre contemporain francophone pour la jeunesse : langue en jeu, enjeux d’apprentissage »

QUATRIEME PARTIE-Des recherches diversitaires ?

E. RAZAFIMANDIMBIMANANA, G. FORLOT, « Des chercheurs plurilingues et plurimigrants en français : des recherches anéoué différentes ? »

E. HUVER, « La diversité au centre de projets à construire. Réflexions autour d’un projet de recherche en didactique des langues : le projet DIFFODIA »

V. FEUSSI, C. PEIGNE, « Construction de savoirs enseignants en contextes universitaires au Cameroun et en Afrique du Sud »

C. GOÏ, C. TORRES CASTILLO, « Réflexivité altéritaire et rencontre interculturelle dans un projet de recherche international. L’exemple du croisement des regards France-Mexique dans le cadre du projet DIFFODIA »

D. BEL, E. HUVER, M. LIANG, R. MAO, « A la recherche de la « méthode chinoise ». Convergence des discours, diversité des pratiques, pluralité des interprétations »

M. DEBONO, « Pragmatique, théorie des actes de langages et didactique des langues-cultures. Histoire, arrière-plans philosophiques, conséquences et alternatives »

CONCLUSION

D. COSTE, « Diffusion, appropriation, glocalisation »

 

Revue ELOHI: peuples indigènes et environnement

Descriptif du site des presses universitaires de Bordeaux:

Elohi – Peuples indigènes et environnement est une revue semestrielle dont l’objet d’étude est le rapport particulier que les peuples indigènes, de par la planète, entretiennent avec leur environnement, et les représentations qu’ils s’en font. Afin d’appréhender cet objet dans sa globalité, Elohi se place résolument dans une perspective internationale et pluridisciplinaire, et accueille des contributions en français, en anglais et en espagnol.

lien vers les numéros 1 et 2 de la revue Elohi:

http://pub.u-bordeaux3.fr/index.php/revues/elohi.html

 

 

Mondialisation et peuples minorisés: quelques textes de référence

La littérature qui traite du lien entre mondialisation et peuples minorisés dans une perspective de valorisation de l’expérience minoritaire est encore peu développée. Deux textes principaux, publiés dans les années 2000, traitent de ce lien dialogique entre problématiques de mondialisation et problématiques ethniques. Le premier texte, The New Imperial Order: Indigenous Responses to Globalization, écrit par le professeur Makere Stewart-Harawira et publié en 2005, examine et critique les ontologies politiques et légales qui ont formé la base sur laquelle la loi internationale, les états-nations, et par conséquent les sociétés contemporaines occidentales, ont vu le jour. Pour ce faire, l’auteur met en avant les principes ontologiques et cosmologiques partagés par de nombreuses populations minoritaires/indigènes qui nous aident à penser un contexte alternatif à l’ordre socio-économico-politique mondial actuel. En s’appuyant sur la perspective Maori, ce texte rend visible les problématiques de la mondialisation et les nouvelles formes de domination globale qui en découlent, et nous aiguille vers une organisation alternative de nos institutions modernes.

Un deuxième texte, Indigenous Peoples and Globalization: Resistance and Revitalization, écrit par Thomas D. Hall et James V. Fenelon et publié en 2009, nous offre une perspective globale sur les mouvements sociaux indigènes les plus marquants de l’histoire contemporaine. Ces mouvements sociaux sont replacés par les auteurs dans un contexte social et politique global, ce qui nous permet de comprendre comment certaines populations minorisées ont réussi à survivre et résister aux pressions de la mondialisation. Ce texte traite du lien entre expériences locales/régionales et politiques globales et montre comment certaines pratiques régionales (politiques, sociales, légales, culturelles, etc.) peuvent aider à remettre en question et réviser certaines pratiques globales de l’ordre mondial en place.

Information sur les auteurs:

Makere Stewart-Harawira est professeur à l’Université d’Alberta, Canada, spécialiste du domaine des « Educational Policy Studies. » Elle enseigne plus spécifiquement dans un programme de son université: « the Indigenous Peoples Graduate Education programme ». Ses domaines d’intérêt en termes de recherche sont les ontologies indigènes, la problématique des « global citizenship », et les nouvelles formations de gouvernance globale.

Thomas D. Hall est professeur d’anthropologie à l’Université DePaux et James V. Fenelon est professeur de sociologie à la California State University–San Bernardino. Leurs intérêts de recherche se rejoignent à travers la thématique du « world system analysis » qui propose une nouvelle théorisation des processus sociaux globaux en incluant l’expérience des populations « périphériques », c’est-à-dire minoritaires, non prises en compte jusqu’ici, et qui permet de rendre visible et d’expliciter certains processus clés du fonctionnement des cultures « majoritaires ».

Autres textes de référence:

Globalization and America: Race, Human Rights, and Inequality d’Angela J. Hattery, David G. Embrick et Earl Smith (21 mai 2008)

Globalizing the Sacred: Religion Across the Americas de Manuel A. Vasquez et Marie Friedmann Marquardt (31 août 2003)

Alternative Contact: Indigeneity, Globalism, and American Studies de Paul Lai et Lindsey Claire Smith (20 mai 2011)

Globalization and Multicultural Societies: Some Views from Europe de Marina Ricciardelli, Sabine Urban, Kostas Nanopulos et Kostas Nanopoulos (31 juillet 2003)

Maintaining Minority Languages in Transnational Contexts: Australian and European Perspectives de Anne Pauwels, Joanne Winter et Joseph Lo Bianco (17 avril 2007)

China’s Ethnic Minorities and Globalisation de Colin Mackerras (24 avril 2003)

American Indians and the Mass Media. Edité par Meta G. Carstarphen et John P. Sanchez, University of Oklahoma (2012).

An Ethic of Mutual Respect. The Convenant Chain and Aboriginal-Crown Relations. de Bruce Morito. UBC Press (2012).

 

 

Interculturalités

Le projet scientifique de ce blog s’articule autour de trois grands axes thématiques regroupés sous le terme parapluie/générique « Interculturalités ». L’information publiée sur ce blog permettra donc la mise en circulation à grande échelle des recherches s’inscrivant dans les domaines, aux frontières perméables, que ces axes définissent. Ces trois grands axes sont les suivants :
– circulations culturelles : langages, discours et sociétés (didactiques des langues, créolistique, hispanité aux Etats-Unis, cultures minoritaires)
– Amériques/monde transatlantique (Southern and transatlantic studies)
– histoires coloniales/enjeux postcoloniaux
A l’ère de la mondialisation/globalisation, les thématiques de recherche des enseignants-chercheurs français dans le domaine des études linguistiques et culturelles se veulent de plus en plus multiperspectives et transdisciplinaires. La thématique de ce blog, ainsi que les divers axes qui la soutiennent, reflètent le désir des chercheurs de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines de décloisonner les disciplines, de conduire la recherche en sciences humaines de façon transversale, en faisant circuler les savoirs disciplinaires, en les mêlant et donc en diversifiant les approches ou méthodes d’analyse et les matières premières ou supports de travail dans les processus d’étude des phénomènes humains.