Appel à communications: Dialogues interculturels à l’époque coloniale et postcoloniale

Représentations littéraires et culturelles – Orient, Maghreb et Afrique occidentale (de 1830 à nos jours)

Colloque organisé par Hans-Jürgen Lüsebrink (université de la Sarre) et Sarga Moussa (CNRS, UMR THALIM) en coopération avec l’IHA (Niels F. May).

Ce colloque, qui aura lieu à l’Institut historique allemand à Paris du 8 au 10 novembre 2017, sera placé sous la responsabilité scientifique de Hans-Jürgen Lüsebrink (université de la Sarre) et de Sarga Moussa (CNRS, UMR THALIM). Niels May assurera la coordination à l’IHA.

Les propositions de communication, d’une demi-page à une page environ, peuvent être rédigées en français, en allemand ou en anglais. Elles sont à envoyer d’ici le 28 février 2017, avec un court CV, aux deux organisateurs: luesebrink@mx.uni-saarland.de et smoussa@free.fr.

https://www.dhi-paris.fr/fr/newsroom/page-detaillee/news/detail/News/appel-a-communications-dialogues-interculturels-a-lepoque-coloniale-et-postcoloniale.html

Les interculturalités, État des lieux et perspectives, théories et pratiques

EidCynthia Eid, Fady Fadel, eds. Les interculturalités, État des lieux et perspectives, théories et pratiques . Fernelmont (Belgique), InterCommunications SPRL & Editions Modulaires Européennes, 2014. ISBN : 978-2-8066-2913-5

Actes du colloque de Beyrouth « Interculturalités !? État des lieux et perspectives, théories et pratiques » 2 mai 2012 – 4 mai 2012

Ce colloque interdisciplinaire constituait le premier volet d’une manifestation scientifique internationale co-organisée entre l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (laboratoire Suds d’Amériques/ILEI) et l’Université Antonine du Liban.

« Le thème du collectif porte sur « Les
interculturalités » État des lieux et perspectives, théories et pratiques.
Sa richesse est multiple : vingt-trois articles sont rédigés par des auteurs venant de onze pays différents, des hommes et des femmes, de confessions, de croyances et de religions différentes, du nord et du sud, de l’est et de l’ouest. De Beyrouth (Liban) à Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (France), deux axes constituent la toile de fond du collectif : le premier illustre le vécu de pratiques et les expériences  d’intertextualité « engagée », qu’il s’agisse de cohabitation entre communautés, genres, créations culturelles ou situations pédagogiques ; le second tente de déconstruire ces pratiques interculturelles et d’en dégager « l’anthropologie », en explorant le « biotope » de l’interculturalité, entre enjeux de pouvoir, postcolonialisme, psychologie sociale, histoire et enjeux institutionnels. »

Table des matières
Flyer
Bon de commande
Commande en ligne (site de l’éditeur)

Le deuxième colloque, Interculturalités!? Etat des lieux, malentendus, perspectives, théories et pratiques a eu lieu à St Quentin en Yvelines du 12 au 14 septembre 2012.

La notion d’aires culturelles : approches philosophiques et sémiologiques

Compte-rendu de la journée d’études organisée par Damien Erhardt (SLAM/UEVE) et Jacques Pothier (CHCSC/UVSQ) à l’Institut des Amériques

logo_idaLe compte-rendu de la JE du 12 décembre 2013 à l’Institut des Amériques et les documents annexes sont en ligne sur le site du carnet TRACES.

Une deuxième journée d’études sur ce thème est organisée au GIGA (German Institute of Global and Area Studies) à Hambourg le 10 mars 2014 sous le titre « Conceptual Innovations in Area Studies (voir le programme). « 

UCLA National Heritage Language Resource Center

Dans le cadre de son « International Institute (Center for World Languages) », UCLA héberge un National Heritage Language Resource Center .

Qu’est-ce qu’une langue « patrimoniale »? Question mal posée–le centre envisage  plutôt la situation sous l’angle des locuteurs de langues « minorisées »:  « Individuals exposed to a language spoken at home but educated primarily in English are heritage speakers of the home language », explique la page de présentation du centre.

Au-delà se définit le champ des « heritage/community languages ».

The National Heritage Language Resource Center, at the University of California, Los Angeles, is one of 15 Language Resource Centers funded by the U.S. Department of Education.

Over 57 million people in the U.S. speak a language other than English at home (U.S. Census Bureau, 2006-2010).

NHLRC’s mission is to develop effective pedagogical approaches to teaching  heritage language learners, both by creating a research base and by  pursuing curriculum design, materials development, and teacher  education.

The creation of a national center dedicated to heritage language education  attests to the importance of this new field to the nation. California is an ideal venue for NHLRC since almost 27% of its population five years  of age and older is foreign born, and 42% speak a home language other  than English (U.S. Census Bureau, 2005-2009).

Naturellement, la première langue patrimoniale des Etats-Unis est l’espagnol.

A noter que l’appel à propositions est lancé pour la Second International Conference on Heritage/Community Languages

  • March 7-8, 2014. Heritage/community language education is a developing  multidisciplinary field at the intersection of demography, sociology,  psychology, neuroscience, education and other disciplines.

Paul Jay – Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies

Global mattersPaul Jay. Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies. Ithaca: Cornell UP, 2010. 231pp., Print.
Cornell Paperbacks: ISBN 978-0-8014-7607-5

Paul Jay’s book aims to historicize the evolution of literary and cultural studies, questioning the view that globalization may be a strictly contemporary or postmodern phenomenon in which economic evolutions would trump cultural issues. Jay contemplates a shift in focus in the field of English studies from a national to a transnational framework. In the romantic period, the nation could be regarded as the home  for single literatures and languages. The arnoldian model sawthe « best » literature as trnascending local and historical circumstances to embody universal truths and a relevance to the definition of a universal condition. The new engagement is with differences: transnational spaces, race, class, gender, hybrid identities, border regions. , so that « American studies » have become transnational. But Jay warns against « facile approaches to the study of cultural globalization that tend to simply celebrate diversity and hybridity without thinking critically enough about its effects. »

In its second part the book examines a handful of works of fiction that transcend the national boundaries to which they belong, thus embodying the « transnationalizing of English literature. »

Paul Jay’s book is reviewed in AmeriQuests 8.1 (2011) and elsewhere (see Paul Jay’s page on the book for his selection of reviews).

Aux sources de la mondialisation

Sur le carnet du laboratoire « Printemps », les traces du colloque des 19-20 septembre 2012, les podcasts:

Programme du colloque, argumentaire des organisateurs: Lamia Missaoui, Olivier Roueff et Thomas Brisson

1er épisode: Le droit sans frontières

2ème épisode: Les mots et les traductions

3ème épisode: Les mondialisations par le bas

« Interculturalités!? » Quelques indications bibliographiques…

Quelques indications, car le sujet est immense… tout au plus une façon de garder trace d’un certain nombre de références bibliographiques évoquées par les uns ou les autres dans cette recherche collective. Suggestions d’ajouts bienvenues à jacques.pothier@uvsq.fr

Abdallah-Pretceille, Martine. « Propositions pour une généalogie de l’interculturel. » Postface à Lavanchy, Anne ; Anahy Gajardo et Fred Devlin, eds.  Anthropologies de l’Interculturalité L’Harmattan, 2011.

Appadurai, Arjun. Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation. Paris : Payot 2001.

Appiah, Kwame Anthony « Whose Culture Is It ? » ( New York Review of Books, 9 février 2006) 38

Auger, Nathalie ; Christine Béal & Françoise Demougin, eds. Interactions et interculturalité : variété des corpus et des approches. Bern : Peter Lang, 2012.

Bayart, Jean-François. L’Illusion identitaire, Fayard 1996. Ed. révisée The Illusion of Cultural Identity, Londres : Hurst, 2005.

Bazin, Laurent. « L’Etat et l’interculturalité : Le dernier bastion du colonialisme ». In Lavanchy et al. , 2011.

Bhabha, Homi K. The Location of Culture. London, New York: Routledge, 1994.

Blanchet, Philippe ; Daniel Coste (dir), Regards critiques sur la notion d’ « interculturalité ».  l’Harmattan, 2010.

Dervin, Fred. Impostures Interculturelles. L’Harmattan (Logiques Sociales), 2011.

Dervin, Fred; Gajardo, Anahy; Anne Lavanchy. Politics of Interculturality. Newcastle upon Tyne: Cambridge Scholars, 2011.

Descola, Philippe, dir. La Fabrique des Images : visions du monde et formes de la représentation, Paris, Somogy & Musée du Quai Branly, Paris, 2010. Publié à l’occasion de l’exposition du même titre du16 février 2010 au 11 juillet 2011

Dollfus, Olivier ; Christian Grataloup ; Jacques Lévy. « Le Monde : pluriel et singulier » in Mondialisation : Les mots et les choses, coord. par M. Beaud, O. Dollfus, C. Grataloup, P. Hugon, G. Kébabdjian, J. Lévy, Editions Karthala, Paris, 1999

Featherstone, Mike; Scott Lash, eds. Spaces of Culture: City – Nation – World. Londres: SAGE, 1999.

Gajardo, Anahy; Fred Dervin; Anne Lavanchy, « « United Colors of … Interculturel » ? Usages, pièges et perspectives d’un terme plurivoque » Anthropologies de l’interculturalité (L’Harmattan, 2011)

Glissant, Edouard. Traité du Tout-Monde, Poétique IV. Gallimard, 1997. (créolisation)

Hall, Edward T.. The Silent Language (1959), The Hidden Dimension (1966), Cultural Difference (1999) à Intercultural Communication Institute www.intercultural.org p Portland, OR

Herder, Johann Gottfried. Ideas on the Philosophy of the History of Mankind (1784-91).

Jay, Paul. Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies. Ithaca, New York: Cornell University Press, 2010. Pp. xi + 231; ISBN: 978-0-8014-7607-5

Ladmiral, Jean-René ; Edmond Marc Lipiansky. La communication interculturelle. Armand Colin, 1989.

Lavanchy, Anne ; Anahy Gajardo et Fred Devlin, eds.  Anthropologies de l’Interculturalité L’Harmattan, 2011.

Nowicki, Joanna, et Oustinoff, Michael, eds. Hermès n°49 sur « Traduction et mondialisation », (2007). En ligne : http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/23705

Price, Sally. Paris Primitive—Jacques Chirac’s Museum on the Quai Branly (Chicago : U. of Chicago Press, 2007) ; tr. Nelcya Delanoë, Au musée des illusions : le rendez-vous manqué du quai Branly (Denoël, 2011).

Rothstein, Edward “French Museums Atone for a Colonial History”, New York Times, 25 novembre 2011

Steiner, George. Aspects of Language and Translation. OUP, 1975.

Thiesse, Anne-Marie. La création des identités nationales. Seuil (L’univers historique), 1999

Welsch, Wolfgang « Transculturality – the Puzzling Form of Cultures Today », in Spaces of Culture: City, Nation, World, ed. by Mike Featherstone and Scott Lash, London: Sage 1999, 194-213.

Dossier « Multiculturalism and/or Transculturalism » dans la revue en ligne Hypercultura

Dans sa deuxième livraison, la revue roumaine Hypercultura (Revistă bianuală de studii literare, culturale şi lingvistice / A Biannual Journal of Literary, Cultural and Linguistic Studies) publie une série de contributions sur « multiculturalisme et transculturalisme » issues d’un colloque qui a eu lieu les 6 et 7 juin 2012. En roumain, français et anglais.

Entre autres:

Sorina GEORGESCU
Foreword

Rob KROES
« Citizenship, Nationhood and Multiculturalism: European Dreams and the American Dream »

Estella Antoaneta CIOBANU
« Religion and ‘Race’ as Ur-Cultural Referents in Nineteenth-Century ‘America’, or How to Practise Transculturalism Before the Age of Transculturalism »

Téléchargeable: http://sorina.softadviser.ro/pdf/anunturi/Hypercultura/Hypercultura.pdf

« Transfer Studies: une introduction », par Damien Erhardt

« Transfer Studies: une introduction » sert de préface au collectif que Damien Erhardt et Soraya Nour Sckell viennent de faire paraître chez Duncker & Humblot (Berlin 2012), Interculturalité et transfert.

Erhardt, qui enseigne à l’Université d’Evry, s’inscrit dans une réflexion parallèle à celle de Suds dans les deux colloques récents « Interculturalités!? »
Il souligne que la construction des identités nationales s’est souvent accomplie à travers des transferts culturels, mécanisme d’appropriation qui ne va pas sans déformation (ce que nous avons appelé des malentendus constructifs). Le transfert culturel est voisin de la traduction, et entraîne des formes de métissage.
« Une culture se dévelope toujours à partir d’autres cultures, parfois même à partir de l’auto-négation de la culture spécifique. » Les transfer studies mettent l’accent non pas sur des cultures réifiées, mais sur les passages d’une culture à l’autre.