Globalization and « Minority » Cultures: the Role of « Minor » Cultural Groups in Shaping our Global Future

Globalization and “Minority” Cultures: The Role of “Minor” Cultural Groups in Shaping Our Global Future is a collective work which brings to the forefront of global studies new perspectives on the relationship between globalization and the experiences of cultural minorities worldwide.

These perspectives are crucial to the process of questioning contemporary global values and practices, and contribute to current debates in a variety of fields (politics, education, culture, the economy, etc.) on the causes, consequences and future of globalization. The book develops new theories and practices of transculturality that link different theoretical and cultural spheres in order to formulate new discussions and propositions about appropriate responses to give in defiance of the adverse effects of globalization.

Click here to access more information about the book, including the table of contents

Les interculturalités, État des lieux et perspectives, théories et pratiques

EidCynthia Eid, Fady Fadel, eds. Les interculturalités, État des lieux et perspectives, théories et pratiques . Fernelmont (Belgique), InterCommunications SPRL & Editions Modulaires Européennes, 2014. ISBN : 978-2-8066-2913-5

Actes du colloque de Beyrouth « Interculturalités !? État des lieux et perspectives, théories et pratiques » 2 mai 2012 – 4 mai 2012

Ce colloque interdisciplinaire constituait le premier volet d’une manifestation scientifique internationale co-organisée entre l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (laboratoire Suds d’Amériques/ILEI) et l’Université Antonine du Liban.

« Le thème du collectif porte sur « Les
interculturalités » État des lieux et perspectives, théories et pratiques.
Sa richesse est multiple : vingt-trois articles sont rédigés par des auteurs venant de onze pays différents, des hommes et des femmes, de confessions, de croyances et de religions différentes, du nord et du sud, de l’est et de l’ouest. De Beyrouth (Liban) à Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (France), deux axes constituent la toile de fond du collectif : le premier illustre le vécu de pratiques et les expériences  d’intertextualité « engagée », qu’il s’agisse de cohabitation entre communautés, genres, créations culturelles ou situations pédagogiques ; le second tente de déconstruire ces pratiques interculturelles et d’en dégager « l’anthropologie », en explorant le « biotope » de l’interculturalité, entre enjeux de pouvoir, postcolonialisme, psychologie sociale, histoire et enjeux institutionnels. »

Table des matières
Flyer
Bon de commande
Commande en ligne (site de l’éditeur)

Le deuxième colloque, Interculturalités!? Etat des lieux, malentendus, perspectives, théories et pratiques a eu lieu à St Quentin en Yvelines du 12 au 14 septembre 2012.

Enseignements universitaires francophones en milieux bi/plurilingues : légitimations et mises en oeuvre

Association des Chercheurs et Enseignants Didacticiens des Langues Étrangères

La Revue Recherche en Didactiques des Langues et des Cultures (RDLC): Les Cahiers de l’ACEDLE vient de publier un numéro intitulé « Enseignements universitaires francophones en milieux bi/plurilingues: légitimations et mises en oeuvre. »

Présentation du numéro, par Danielle Homer (Université du Maine) et Frédéric Turpi (Université de la Réunion):

Le dossier thématique de ce numéro, issu des travaux de l’axe Éducation et Plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales du projet régional Pluri-L de la région des Pays de la Loire, est consacré à diverses légitimations et mises en œuvre d’enseignements universitaires francophones en milieux bi / plurilingues. À ce titre, nous souhaitons apporter des éclairages variés, tenant compte du statut des langues en présence, au sujet du développement d’une compétence bi / plurilingue à l’université, que ce soit du point de vue des acteurs concernés, des dispositifs conçus ou des difficultés rencontrées au moment de la réalisation. Une partie varia comprend deux études qui concernent l’une le niveau primaire et l’autre le niveau secondaire.

Mots-clés : plurilinguisme, français langue étrangère, bilinguisme, politiques linguistiques, contexte académique

Abstract: The thematic dossier of this issue stems from the work carried out by Éducation et Plurilinguismes : mises en perspective historiques et sociales a strand of the regional project Pluri-L (Pays de la Loire region), and is dedicated to diverse legitimations and implementations of Francophone university teaching in bi-plurilingual milieus. By taking into account the status of the languages involved, we would like to offer various perspectives on the development of a bi-plurilingual competence at the university be it from the point of view of the participants, the programmes put in place, or the challenges faced during their implementation. A varia section includes two studies that focus respectively on primary and secondary levels.

Keywords: education, French as a foreign language, plurilingualism, language policies

1. Sur la thématique du dossierLe dossier thématique de ce numéro est consacré à des problématiques sociolinguistiques et didactiques propres à des dispositifs où l’enseignement universitaire en français est proposé – quelquefois imposé – par un nombre bien déterminé d’établissements spécifiques (certaines facultés, des écoles ou des instituts supérieurs) à des étudiants dont ce n’est pas la langue première et qui n’ont été que partiellement, voire jamais, scolarisés en français.

Plus exactement ce sont les légitimations de ces dispositifs et les conditions de leurs mises en œuvre qui font l’objet des sept études rassemblées ici. Elles sont analysées à travers des perspectives qui sont, le plus souvent, représentatives du propre positionnement des auteurs au sein de ces dispositifs…

Pour lire la suite de cette présentation et accéder à la table des matières de la publication, allez sur le site de l’ACEDLE: http://www.acedle.org/spip.php?rubrique227

 

Ouvrage: Les français dans la mondialisation

images982COMPG

 

Le(s) français dans la mondialisation, sous la direction de V. Castellotti. Fernelmont, EME Editions, 2013, 470 p.
ISBN 978-2-8066-0708-9
Dans l’environnement géo-sociolinguistique actuel, peut-on encore parler DU français, comme d’une entité uniforme, voire universelle ? Peut-on enseigner ou apprendre LE français, comme s’il s’agissait d’un français « éternel », attaché à une France figée dans son passé, qui en serait propriétaire ?

Les contributions réunies dans ce volume explorent, a contrario, les conditions de développement de dynamiques francophones hétérogènes, en relation aux dimensions linguistiques et culturelles plurielles des situations contemporaines. Se construisent ainsi des projets, dans les domaines sociolinguistique, littéraire, didactique, inscrits dans un « pacte des langues » où le(s) français se confronte(nt) aux autres langues pour créer les conditions de recherches francophones diversitaires.

Véronique Castellotti
 
Table des matières

PREAMBULE

V. CASTELLOTTI, « Français et francophonies dans la mondialisation » 

OUVERTURE

J.M. KLINKENBERG, « La francophonie : pour qui ? pour quoi ? »

 PREMIERE PARTIE – Le(s) français dans le monde : politiques, fonctions, usages

J. ERFURT, « Du français langue de la colonisation à la francophonie. Regards sur l’histoire des concepts et des idéologies linguistiques »

N. MIURA, « Un regard politique sur la diffusion et la réception du français au Japon »

O. S. AMEDEGNATO, « De quelques paradoxes de la situation du français en Afrique subsaharienne »

R. GOVAIN, « Le français haïtien et l’expansion du français en Amérique »

K. TALEB IBRAHIMI, « Le français, une langue étrangement algérienne »

L. MESSAOUDI, « Formes d’appropriation linguistique de la langue française au Maroc : entre fonctionnalité et identité »

K. VANDERMEULEN, « Langue et intégration en contexte migratoire. Quelle dialectique dans la politique d’intégration linguistique française ? »

J. BEZIAT, « Un soutien à la recherche dans les espaces francophones. La revue en ligne frantice.net »

 DEUXIEME PARTIE – Orientations didactiques et démarches formatives

L. ABOU HAIDAR, « Quelles formations pour les professeurs de français dans le cadre de la coopération ? Analyse de cas : l’action de coopération pour le français à Marrakech »

F. ISHIKAWA, « La didactique du FLE au Japon face à la mondialisation de l’éducation : enjeux des mesures éducatives et de la formation des enseignants »

E. KLETT, « La formation des enseignants en Argentine. De nouveaux parcours pour l’appropriation du français »

T. JEANNERET, S. PAHUD ET A.C. ZEITER, « Quels français apprendre, quels français enseigner ? Variétés de français écrit d’étudiants alloglottes en Suisse romande »

M. PADONOU, C. AVRAM, « Français langue étrangère : choix institutionnels et contextes professionnels en Europe Centrale et orientale. Pour une meilleure prise en charge de l’enseignement/apprentissage du français à l’université »

A. PROSCOLLI, S. MARKANTONAKIS, S. THEODORAKEAS, « Le projet de numérisation du manuel scolaire pour la classe de FLE au collège héllénique. Des enjeux politiques aux apports pédagogiques »

N. ROCTON, « Le français en chansons, tranche de mémoire des Alsaciens dialectophones : une expérience en EHPAD »

 TROISEME PARTIE-Expressions littéraires, variations et appropriation du français

A. KORDONI, « Hybridité linguistique et recherche identitaire dans les écritures francophones grecques : le cas de Margarita Liberaki et de Vassilis Alexakis »

F. L. MIHALOVICI, « Evolution et permanence de la figure de l’ogre sur les territoires francophones. Mondialisation d’un passeur culturel »

J. BERGERON-PROULX, « Usage de la langue et imaginaire national dans le roman pour adolescents en Belgique francophone et au Québec »

L. COLLÈS, « La littérature migrante dans l’espace francophone : une métaphore de la diversité culturelle à exploiter en classe de français »

S. DARDAILLON, « Pluralité du théâtre contemporain francophone pour la jeunesse : langue en jeu, enjeux d’apprentissage »

QUATRIEME PARTIE-Des recherches diversitaires ?

E. RAZAFIMANDIMBIMANANA, G. FORLOT, « Des chercheurs plurilingues et plurimigrants en français : des recherches anéoué différentes ? »

E. HUVER, « La diversité au centre de projets à construire. Réflexions autour d’un projet de recherche en didactique des langues : le projet DIFFODIA »

V. FEUSSI, C. PEIGNE, « Construction de savoirs enseignants en contextes universitaires au Cameroun et en Afrique du Sud »

C. GOÏ, C. TORRES CASTILLO, « Réflexivité altéritaire et rencontre interculturelle dans un projet de recherche international. L’exemple du croisement des regards France-Mexique dans le cadre du projet DIFFODIA »

D. BEL, E. HUVER, M. LIANG, R. MAO, « A la recherche de la « méthode chinoise ». Convergence des discours, diversité des pratiques, pluralité des interprétations »

M. DEBONO, « Pragmatique, théorie des actes de langages et didactique des langues-cultures. Histoire, arrière-plans philosophiques, conséquences et alternatives »

CONCLUSION

D. COSTE, « Diffusion, appropriation, glocalisation »

 

Paul Jay – Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies

Global mattersPaul Jay. Global Matters: The Transnational Turn in Literary Studies. Ithaca: Cornell UP, 2010. 231pp., Print.
Cornell Paperbacks: ISBN 978-0-8014-7607-5

Paul Jay’s book aims to historicize the evolution of literary and cultural studies, questioning the view that globalization may be a strictly contemporary or postmodern phenomenon in which economic evolutions would trump cultural issues. Jay contemplates a shift in focus in the field of English studies from a national to a transnational framework. In the romantic period, the nation could be regarded as the home  for single literatures and languages. The arnoldian model sawthe « best » literature as trnascending local and historical circumstances to embody universal truths and a relevance to the definition of a universal condition. The new engagement is with differences: transnational spaces, race, class, gender, hybrid identities, border regions. , so that « American studies » have become transnational. But Jay warns against « facile approaches to the study of cultural globalization that tend to simply celebrate diversity and hybridity without thinking critically enough about its effects. »

In its second part the book examines a handful of works of fiction that transcend the national boundaries to which they belong, thus embodying the « transnationalizing of English literature. »

Paul Jay’s book is reviewed in AmeriQuests 8.1 (2011) and elsewhere (see Paul Jay’s page on the book for his selection of reviews).

Revue ELOHI: peuples indigènes et environnement

Descriptif du site des presses universitaires de Bordeaux:

Elohi – Peuples indigènes et environnement est une revue semestrielle dont l’objet d’étude est le rapport particulier que les peuples indigènes, de par la planète, entretiennent avec leur environnement, et les représentations qu’ils s’en font. Afin d’appréhender cet objet dans sa globalité, Elohi se place résolument dans une perspective internationale et pluridisciplinaire, et accueille des contributions en français, en anglais et en espagnol.

lien vers les numéros 1 et 2 de la revue Elohi:

http://pub.u-bordeaux3.fr/index.php/revues/elohi.html

 

 

Mondialisation et peuples minorisés: quelques textes de référence

La littérature qui traite du lien entre mondialisation et peuples minorisés dans une perspective de valorisation de l’expérience minoritaire est encore peu développée. Deux textes principaux, publiés dans les années 2000, traitent de ce lien dialogique entre problématiques de mondialisation et problématiques ethniques. Le premier texte, The New Imperial Order: Indigenous Responses to Globalization, écrit par le professeur Makere Stewart-Harawira et publié en 2005, examine et critique les ontologies politiques et légales qui ont formé la base sur laquelle la loi internationale, les états-nations, et par conséquent les sociétés contemporaines occidentales, ont vu le jour. Pour ce faire, l’auteur met en avant les principes ontologiques et cosmologiques partagés par de nombreuses populations minoritaires/indigènes qui nous aident à penser un contexte alternatif à l’ordre socio-économico-politique mondial actuel. En s’appuyant sur la perspective Maori, ce texte rend visible les problématiques de la mondialisation et les nouvelles formes de domination globale qui en découlent, et nous aiguille vers une organisation alternative de nos institutions modernes.

Un deuxième texte, Indigenous Peoples and Globalization: Resistance and Revitalization, écrit par Thomas D. Hall et James V. Fenelon et publié en 2009, nous offre une perspective globale sur les mouvements sociaux indigènes les plus marquants de l’histoire contemporaine. Ces mouvements sociaux sont replacés par les auteurs dans un contexte social et politique global, ce qui nous permet de comprendre comment certaines populations minorisées ont réussi à survivre et résister aux pressions de la mondialisation. Ce texte traite du lien entre expériences locales/régionales et politiques globales et montre comment certaines pratiques régionales (politiques, sociales, légales, culturelles, etc.) peuvent aider à remettre en question et réviser certaines pratiques globales de l’ordre mondial en place.

Information sur les auteurs:

Makere Stewart-Harawira est professeur à l’Université d’Alberta, Canada, spécialiste du domaine des « Educational Policy Studies. » Elle enseigne plus spécifiquement dans un programme de son université: « the Indigenous Peoples Graduate Education programme ». Ses domaines d’intérêt en termes de recherche sont les ontologies indigènes, la problématique des « global citizenship », et les nouvelles formations de gouvernance globale.

Thomas D. Hall est professeur d’anthropologie à l’Université DePaux et James V. Fenelon est professeur de sociologie à la California State University–San Bernardino. Leurs intérêts de recherche se rejoignent à travers la thématique du « world system analysis » qui propose une nouvelle théorisation des processus sociaux globaux en incluant l’expérience des populations « périphériques », c’est-à-dire minoritaires, non prises en compte jusqu’ici, et qui permet de rendre visible et d’expliciter certains processus clés du fonctionnement des cultures « majoritaires ».

Autres textes de référence:

Globalization and America: Race, Human Rights, and Inequality d’Angela J. Hattery, David G. Embrick et Earl Smith (21 mai 2008)

Globalizing the Sacred: Religion Across the Americas de Manuel A. Vasquez et Marie Friedmann Marquardt (31 août 2003)

Alternative Contact: Indigeneity, Globalism, and American Studies de Paul Lai et Lindsey Claire Smith (20 mai 2011)

Globalization and Multicultural Societies: Some Views from Europe de Marina Ricciardelli, Sabine Urban, Kostas Nanopulos et Kostas Nanopoulos (31 juillet 2003)

Maintaining Minority Languages in Transnational Contexts: Australian and European Perspectives de Anne Pauwels, Joanne Winter et Joseph Lo Bianco (17 avril 2007)

China’s Ethnic Minorities and Globalisation de Colin Mackerras (24 avril 2003)

American Indians and the Mass Media. Edité par Meta G. Carstarphen et John P. Sanchez, University of Oklahoma (2012).

An Ethic of Mutual Respect. The Convenant Chain and Aboriginal-Crown Relations. de Bruce Morito. UBC Press (2012).