TRANSFOPRESS: transnational network for the study of foreign language press (XVIIIth-XXth Century)

 

TRANSFOPRESS

By Diana Cooper-Richet

The press written in languages other than the national language(s) is an important historical, but also contemporary, international phenomenon, that can easily be illustrated by the following examples. In London, and later in Saint-Hélier (Jersey), between 1853 and 1856, Charles Ribeyrolles’s L’Homme, Journal de la démocratie universelle was put on the market for the French exiles of the 2 December 1851 Coup d’Etat. At the very same time, in Paris, the Anglo-Italian publishers, Galignani, were selling their English language daily, Galignani’s Messenger (1814-1886). Among communities of immigrants, periodicals in foreign languages were also being issued, such as La Estella de Chile (1891) in Paris. Other publications, were aiming at being the vectors of transatlantic communication. El Correo de ultramar (1842-1886), also published in Paris for the Hispano-American market, is one such example. Nowadays, similar papers are available in many countries. The Buenos Aires herald, A World of Information in a few words, founded in 1876, is on sale in the newsstands in Argentine. For the last few years, in Burma (Myanmar), travelers and residents have been able to read the Myanmar Times, Myanmar’s first international weekly. In China, they can refer to China Daily, in Moscow they buy Moscow News and if they want to push as far as Oulan Bator they will find The Mongol Messenger.

Despite their varying circulation, the quality and the durability of a certain number of them, most of these periodicals have rarely attracted the attention of the academic community, be it in France, Britain, the United States, Canada, or Australia, which are all countries of immigration. The only research conducted, on a few of these publications, has tended to focus on groups of political exiles. But it seems clear that these papers deserve to be examined for themselves, as periodicals belonging to the histories of the national press, providing information on the circulation of ideas, but also on that of scientific and technical knowledge. Yet, because of the “strangeness” of the language in which they are written, they have been almost completely neglected by the “official” histories of the book, the press and the libraries, which have essentially aimed at building national identities. A new, useful approach would be to consider these periodicals in a transnational framework. It could be stimulating, and no doubt more fruitful, for instance, to enable Latin-American and French researchers to work together on the 80 or more newspapers in Spanish, or on the reviews in Portuguese, published in Paris during the XIXth Century, in order to understand the context and the conditions of their publication as well as those of their reception and their dissemination.

Most of these periodicals have been totally forgotten in the world history of the press. The state of research on this extremely important corpus – more than 500 periodicals in foreign languages published in France during the XIXth Century, currently registered- is both embryonic and fragmented. The periodicals in foreign languages must be thoroughly catalogued, and research must be launched, considering that, in most cases, only their titles are known. When this initial stage has been reached and an annotated bibliography has been drafted, a first scientific conference could be organized in order to compare the results obtained by the different members of the network, more particularly concerning the different types of publications, the people who initiated them, the publishing houses which marketed them, the languages in which they were written, their networks, their longevity, their chronology, their content, their readers, their area of dissemination…. A publication could then be planned. It is, indeed, essential to cast a fresh look on these very specific periodicals. Studying them will help deepen the knowledge available on the circulation of persons and ideas, clarify the complex cultural transfers which they induce, enhance the understanding of the culturally mixed identities which they give birth to, thereby enabling the conception of a global history of the press in foreign language and its circulation in the world.

The colleagues, researchers and teachers, the students, of all fields –historians of the book, of the press or of immigration, specialists of a specific cultural area: Anglicists, Germanists, Hispanists….. – who would like to join this network are requested to contact Diana Cooper-Richet in charge of TRANSFOPRESS in cooperation with Michel Rapoport, researchers in the Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaine (CHCSC) of the University de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), France.

Ouvrage: Les français dans la mondialisation

images982COMPG

 

Le(s) français dans la mondialisation, sous la direction de V. Castellotti. Fernelmont, EME Editions, 2013, 470 p.
ISBN 978-2-8066-0708-9
Dans l’environnement géo-sociolinguistique actuel, peut-on encore parler DU français, comme d’une entité uniforme, voire universelle ? Peut-on enseigner ou apprendre LE français, comme s’il s’agissait d’un français « éternel », attaché à une France figée dans son passé, qui en serait propriétaire ?

Les contributions réunies dans ce volume explorent, a contrario, les conditions de développement de dynamiques francophones hétérogènes, en relation aux dimensions linguistiques et culturelles plurielles des situations contemporaines. Se construisent ainsi des projets, dans les domaines sociolinguistique, littéraire, didactique, inscrits dans un « pacte des langues » où le(s) français se confronte(nt) aux autres langues pour créer les conditions de recherches francophones diversitaires.

Véronique Castellotti
 
Table des matières

PREAMBULE

V. CASTELLOTTI, « Français et francophonies dans la mondialisation » 

OUVERTURE

J.M. KLINKENBERG, « La francophonie : pour qui ? pour quoi ? »

 PREMIERE PARTIE – Le(s) français dans le monde : politiques, fonctions, usages

J. ERFURT, « Du français langue de la colonisation à la francophonie. Regards sur l’histoire des concepts et des idéologies linguistiques »

N. MIURA, « Un regard politique sur la diffusion et la réception du français au Japon »

O. S. AMEDEGNATO, « De quelques paradoxes de la situation du français en Afrique subsaharienne »

R. GOVAIN, « Le français haïtien et l’expansion du français en Amérique »

K. TALEB IBRAHIMI, « Le français, une langue étrangement algérienne »

L. MESSAOUDI, « Formes d’appropriation linguistique de la langue française au Maroc : entre fonctionnalité et identité »

K. VANDERMEULEN, « Langue et intégration en contexte migratoire. Quelle dialectique dans la politique d’intégration linguistique française ? »

J. BEZIAT, « Un soutien à la recherche dans les espaces francophones. La revue en ligne frantice.net »

 DEUXIEME PARTIE – Orientations didactiques et démarches formatives

L. ABOU HAIDAR, « Quelles formations pour les professeurs de français dans le cadre de la coopération ? Analyse de cas : l’action de coopération pour le français à Marrakech »

F. ISHIKAWA, « La didactique du FLE au Japon face à la mondialisation de l’éducation : enjeux des mesures éducatives et de la formation des enseignants »

E. KLETT, « La formation des enseignants en Argentine. De nouveaux parcours pour l’appropriation du français »

T. JEANNERET, S. PAHUD ET A.C. ZEITER, « Quels français apprendre, quels français enseigner ? Variétés de français écrit d’étudiants alloglottes en Suisse romande »

M. PADONOU, C. AVRAM, « Français langue étrangère : choix institutionnels et contextes professionnels en Europe Centrale et orientale. Pour une meilleure prise en charge de l’enseignement/apprentissage du français à l’université »

A. PROSCOLLI, S. MARKANTONAKIS, S. THEODORAKEAS, « Le projet de numérisation du manuel scolaire pour la classe de FLE au collège héllénique. Des enjeux politiques aux apports pédagogiques »

N. ROCTON, « Le français en chansons, tranche de mémoire des Alsaciens dialectophones : une expérience en EHPAD »

 TROISEME PARTIE-Expressions littéraires, variations et appropriation du français

A. KORDONI, « Hybridité linguistique et recherche identitaire dans les écritures francophones grecques : le cas de Margarita Liberaki et de Vassilis Alexakis »

F. L. MIHALOVICI, « Evolution et permanence de la figure de l’ogre sur les territoires francophones. Mondialisation d’un passeur culturel »

J. BERGERON-PROULX, « Usage de la langue et imaginaire national dans le roman pour adolescents en Belgique francophone et au Québec »

L. COLLÈS, « La littérature migrante dans l’espace francophone : une métaphore de la diversité culturelle à exploiter en classe de français »

S. DARDAILLON, « Pluralité du théâtre contemporain francophone pour la jeunesse : langue en jeu, enjeux d’apprentissage »

QUATRIEME PARTIE-Des recherches diversitaires ?

E. RAZAFIMANDIMBIMANANA, G. FORLOT, « Des chercheurs plurilingues et plurimigrants en français : des recherches anéoué différentes ? »

E. HUVER, « La diversité au centre de projets à construire. Réflexions autour d’un projet de recherche en didactique des langues : le projet DIFFODIA »

V. FEUSSI, C. PEIGNE, « Construction de savoirs enseignants en contextes universitaires au Cameroun et en Afrique du Sud »

C. GOÏ, C. TORRES CASTILLO, « Réflexivité altéritaire et rencontre interculturelle dans un projet de recherche international. L’exemple du croisement des regards France-Mexique dans le cadre du projet DIFFODIA »

D. BEL, E. HUVER, M. LIANG, R. MAO, « A la recherche de la « méthode chinoise ». Convergence des discours, diversité des pratiques, pluralité des interprétations »

M. DEBONO, « Pragmatique, théorie des actes de langages et didactique des langues-cultures. Histoire, arrière-plans philosophiques, conséquences et alternatives »

CONCLUSION

D. COSTE, « Diffusion, appropriation, glocalisation »