26 January 2018, International workshop: North America and Oceania; borders and transnationalism in the English-speaking world

cfp-sophie.JPG

International workshop

North America and Oceania: borders and transnationalism in the English-speaking world

In November 2016, the CHCSC research centre at the University of Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines organized a workshop entitled “North America and Oceania: issues in relations between two changing cultural and political areas.” This event aimed to reflect on the characteristics and complexity of current relations between the countries or regions of North America and Oceania, as well as engage in a comparative study of their nations’ and territories’ approaches to shared issues of regional or global significance in the economic, social, legal, environmental and cultural realms. At this November 2016 event, presentations by invited researchers focused on the following issues: aspects of the diplomatic relations between the two geopolitical spaces, indigenous alliances in resisting colonial and postcolonial legacies in the regions and finally, cross-cultural influences between these two regions, particularly in the context of sporting events.

In order to continue the conversation on the current dynamics and relations between these Anglophone spaces, a second workshop will be organized that will take bordering, qua dynamic process, as its main prismatic lens, in the context of the study of regional, state and international issues. A bordering perspective on the relationship between two geopolitical spaces implies and at the same time goes beyond the study of such spaces as territorial entities defined by their physical borders; it involves the study of borders at diverse socio-spatial and geographical scales and thus implies an analysis of the construction of borders by groups that make up new communities of interest through ideology, attitudes, political discourses, social choices, struggles (etc.) beyond national borders. This would also involve an analysis of cultural, literary and artistic perceptions on borders, as areas that create and separate national spaces, but also as in-between locations, liminal zones or ‘borderlands’.

The questions that a border perspective on North-American-Pacific relations raises are the following: which states from these two geopolitical areas are creating supra-national alliances in order to deal with current regional/international issues, such as the “refugee crisis”? Which socio-spatial areas are being created, as a consequence of the globalization of human concerns, which cross the geopolitical borders/boundaries of nation states within and between these geopolitical areas? Which specific interests do these spaces defend or oppose, such as notions of property or privilege and on what ethical, civic or political grounds do certain movements seek to challenge traditional borders? What are these regions’ common or differing approaches to major international issues (issues related to migration, human rights, sustainability, new-colonization, etc.) and through what kind of transnational relations by civil society, through what kind of cultural cross-pollination, are traditional borders brought into question and new border areas elaborated?

For the scope of this conference, “North America” will refer to Canada, the United States, and the island states and territories of the Caribbean. Oceania encompasses Australia, Papua New Guinea, New Zealand, the dozen other sovereign states among the southern and equatorial Pacific Islands, and the various dependent territories in the region.

The following are suggested issues to be examined within this bordering perspective:

I. International relations: cooperation or disunity in the Anglosphere, in the face of global issues. Suggested topics include:

– responses to transnational environmental issues;

– cooperation between small island states of the Pacific and the Caribbean (for example on matters of environmentally sustainable social and economic development);

– responses to, and effects of, Donald Trump’s presidency on North America-Oceania relations: on international cooperation, trade (whither the TPP?), military alliances and international security…

II. Nationhood and borders in a globalised, ‘post-colonial’ Anglophone world. Suggested topics include:

– the notion of ‘Americanisation’ of Pacific societies (perceptions and realities, responses…);

– Pacific cultural influences in North America (the image of Pacific societies; the place and visibility of Pacific migrant communities; cultural projections by Pacific states for purposes of tourism or trade…: the mechanisms of the construction of Pacific imagery, perceptions and stereotypes);

– the ‘colonial’ question in the United States’ Micronesian territories, or in American Samoa: the strategic usage of these territories in US foreign policy; the functioning and adaptation of local institutions derived from US models; perspectives’ on these territories’ future, and their viability as potential states…;

– liminality, trans-border identities and cultural perceptions thereof.

This interdisciplinary conference welcomes researchers in the humanities and social sciences, including researchers in the arts and literature, as well as political science and law. Presentations will be given in English or in French.

Publication, however, will be in English.

Date: January 26, 2018.

Location: University of Strasbourg

Proposals for papers, panels or round tables should be sent to Ron Leask (rleask@unistra.fr) before 5 September 2017.

Journée d’études internationale

Amérique du Nord et Océanie : frontières et transnationalisme dans le monde anglophone

En novembre 2016, le laboratoire CHCSC à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines organisait une journée d’études intitulée « Amérique du Nord – Océanie : enjeux des relations multimodales entre deux aires culturelles et politiques en mutation ». Cette conférence visait à réfléchir aux caractéristiques et à la complexité des relations contemporaines entre les États ou les régions d’Amérique du Nord et d’Océanie, ainsi qu’à se livrer à une étude comparative des approches qu’ont ces nations et ces territoires à leurs enjeux partagés ayant une portée régionale ou mondiale – que ce soit dans le domaine économique, social, juridique, environnemental ou culturel. Lors de cette journée de 2016, les chercheurs participants se sont concentrés sur les enjeux suivants : des aspects des relations diplomatiques entre ces deux espaces géopolitiques, les alliances de coopération autochtones en réponse aux héritages coloniaux ou postcoloniaux, et enfin les influences interculturelles entre ces régions, notamment dans le contexte des événements sportifs.

Afin de poursuivre la conversation au sujet de la dynamique et des relations contemporaines entre ces espaces anglophones, une deuxième journée d’études prendra pour prisme la notion de frontière, entendue comme processus dynamique dans le contexte de l’étude des enjeux régionaux, nationaux et internationaux. Prendre la perspective des frontières pour aborder les relations entre deux espaces géopolitiques sous-entend d’envisager ces espaces comme entités territoriales définies par leurs frontières physiques, mais aussi de dépasser ce premier cadre. Cela implique d’analyser les frontières à différentes échelles socio-spatiales et géographiques, et donc de considérer la construction des frontières par les groupes constituant de nouvelles communautés d’intérêts de par leur idéologie, leurs attitudes, leurs discours politiques, leurs choix sociaux, leurs luttes (etc.) par-delà les frontières nationales. Ceci comprendrait également une analyse des perceptions culturelles, littéraires et artistiques relatives aux frontières, comme zones créant et séparant les espaces nationaux mais aussi comme lieux ‘d’entre-deux’, des zones liminaires, des ‘terres frontalières’ (ou borderlands, en anglais).

Les questions que soulève une perspective ‘frontalière’ sur les relations entre l’Amérique du Nord et l’Océanie sont les suivantes : quels États y créent des alliances supranationales pour faire face aux enjeux internationaux actuels, tels que la « crise des réfugiés » ? Quels éléments socio-spatiaux sont en création, en conséquence de la mondialisation des sujets d’inquiétude humains, qui outrepassent les frontières géopolitiques des nations ? Quels intérêts spécifiques ces espaces défendent-ils, ou bien à quels intérêts s’opposent-ils (notions de propriété, de privilèges…), et quels sont les fondements éthiques, civiques ou politiques des mouvements qui défient les frontières établies ? Quelles sont les approches communes ou divergentes de ces régions aux enjeux internationaux majeurs (liés aux migrations, aux droits humains, au développement durable, aux héritages coloniaux, etc.) ? Par le biais de quelles relations transnationales des sociétés civiles, de quelles pollinisations culturelles croisées, les frontières établies sont-elles mises en question, et de nouvelles aires frontalières sont-elles élaborées ?

Le terme « Amérique du Nord » fera référence, dans le contexte de cette conférence, aux États-Unis, au Canada et aux États et territoires insulaires de la région Caraïbe. L’Océanie inclut les seize États indépendants de cette zone géographique, tels l’Australie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, la Nouvelle-Zélande, etc. et les nombreuses dépendances insulaires de la région.

Ci-dessous une liste (non-exhaustive) des problématiques à traiter dans la perspective des enjeux ‘frontaliers’ entre ces deux aires géographiques :

I. Les relations internationales : la coopération ou la désunion dans cette Anglosphère, face aux enjeux mondialisés. Les sujets proposés incluent :

– les réponses aux enjeux environnementaux transnationaux ;

– la coopération entre les petits États insulaires d’Océanie et des Caraïbes (par exemple en matière de développement social et économique soutenable sur le plan environnemental) ;

– les conséquences qu’a la présidence de Donald Trump sur les relations entre l’Amérique du Nord et l’Océanie, et les réponses qui y sont apportées : en matière de coopération internationale, de commerce (quel avenir pour l’accord de partenariat transpacifique ‘TPP’ ?), d’alliances militaires et de sécurité internationale…

II. Les frontières et le concept de nation dans un monde anglophone globalisé et ‘post-colonial’. Les sujets proposés incluent :

– l’idée d’‘américanisation’ des sociétés océaniennes (perceptions et réalités, réponses…) ;

– les influences culturelles océaniennes en Amérique du Nord (l’image des sociétés océaniennes ; la place et la visibilité des communautés océaniennes d’origine immigrée ; les projections culturelles par les États océaniens à des fins commerciales et touristiques… ; les mécanismes de la construction des imag(inair)es océanien(ne)s, et les perceptions et stéréotypes qui les accompagnent) ;

– la question ‘coloniale’ dans les territoires micronésiens des États-Unis, ou aux Samoa américaines : l’usage stratégique de ces territoires dans la politique étrangère américaine ; le fonctionnement et l’adaptation des institutions locales dérivées de modèles américains ; les perspectives d’avenir de ces territoires, dont leur viabilité en tant qu’États éventuels… ;

– les identités transfrontalières et liminaires, et les perceptions culturelles qui s’y attachent.

Cette conférence se veut interdisciplinaire et accueillera des chercheurs en sciences humaines et sociales, dont les chercheurs en arts et littératures, aussi bien qu’en sciences politiques ou en droit.

Les présentations seront données en anglais ou en français. Les publications, toutefois, se feront en anglais.

Date : le 26 janvier 2018

Lieu : Université de Strasbourg

Les propositions d’interventions, d’ateliers ou de tables rondes doivent êtres envoyées à Ron Leask (rleask@unistra.fr) avant le 5 septembre 2017.