Revue ELOHI: peuples indigènes et environnement

Descriptif du site des presses universitaires de Bordeaux:

Elohi – Peuples indigènes et environnement est une revue semestrielle dont l’objet d’étude est le rapport particulier que les peuples indigènes, de par la planète, entretiennent avec leur environnement, et les représentations qu’ils s’en font. Afin d’appréhender cet objet dans sa globalité, Elohi se place résolument dans une perspective internationale et pluridisciplinaire, et accueille des contributions en français, en anglais et en espagnol.

lien vers les numéros 1 et 2 de la revue Elohi:

http://pub.u-bordeaux3.fr/index.php/revues/elohi.html

 

 

Mondialisation et peuples minorisés: quelques textes de référence

La littérature qui traite du lien entre mondialisation et peuples minorisés dans une perspective de valorisation de l’expérience minoritaire est encore peu développée. Deux textes principaux, publiés dans les années 2000, traitent de ce lien dialogique entre problématiques de mondialisation et problématiques ethniques. Le premier texte, The New Imperial Order: Indigenous Responses to Globalization, écrit par le professeur Makere Stewart-Harawira et publié en 2005, examine et critique les ontologies politiques et légales qui ont formé la base sur laquelle la loi internationale, les états-nations, et par conséquent les sociétés contemporaines occidentales, ont vu le jour. Pour ce faire, l’auteur met en avant les principes ontologiques et cosmologiques partagés par de nombreuses populations minoritaires/indigènes qui nous aident à penser un contexte alternatif à l’ordre socio-économico-politique mondial actuel. En s’appuyant sur la perspective Maori, ce texte rend visible les problématiques de la mondialisation et les nouvelles formes de domination globale qui en découlent, et nous aiguille vers une organisation alternative de nos institutions modernes.

Un deuxième texte, Indigenous Peoples and Globalization: Resistance and Revitalization, écrit par Thomas D. Hall et James V. Fenelon et publié en 2009, nous offre une perspective globale sur les mouvements sociaux indigènes les plus marquants de l’histoire contemporaine. Ces mouvements sociaux sont replacés par les auteurs dans un contexte social et politique global, ce qui nous permet de comprendre comment certaines populations minorisées ont réussi à survivre et résister aux pressions de la mondialisation. Ce texte traite du lien entre expériences locales/régionales et politiques globales et montre comment certaines pratiques régionales (politiques, sociales, légales, culturelles, etc.) peuvent aider à remettre en question et réviser certaines pratiques globales de l’ordre mondial en place.

Information sur les auteurs:

Makere Stewart-Harawira est professeur à l’Université d’Alberta, Canada, spécialiste du domaine des « Educational Policy Studies. » Elle enseigne plus spécifiquement dans un programme de son université: « the Indigenous Peoples Graduate Education programme ». Ses domaines d’intérêt en termes de recherche sont les ontologies indigènes, la problématique des « global citizenship », et les nouvelles formations de gouvernance globale.

Thomas D. Hall est professeur d’anthropologie à l’Université DePaux et James V. Fenelon est professeur de sociologie à la California State University–San Bernardino. Leurs intérêts de recherche se rejoignent à travers la thématique du « world system analysis » qui propose une nouvelle théorisation des processus sociaux globaux en incluant l’expérience des populations « périphériques », c’est-à-dire minoritaires, non prises en compte jusqu’ici, et qui permet de rendre visible et d’expliciter certains processus clés du fonctionnement des cultures « majoritaires ».

Autres textes de référence:

Globalization and America: Race, Human Rights, and Inequality d’Angela J. Hattery, David G. Embrick et Earl Smith (21 mai 2008)

Globalizing the Sacred: Religion Across the Americas de Manuel A. Vasquez et Marie Friedmann Marquardt (31 août 2003)

Alternative Contact: Indigeneity, Globalism, and American Studies de Paul Lai et Lindsey Claire Smith (20 mai 2011)

Globalization and Multicultural Societies: Some Views from Europe de Marina Ricciardelli, Sabine Urban, Kostas Nanopulos et Kostas Nanopoulos (31 juillet 2003)

Maintaining Minority Languages in Transnational Contexts: Australian and European Perspectives de Anne Pauwels, Joanne Winter et Joseph Lo Bianco (17 avril 2007)

China’s Ethnic Minorities and Globalisation de Colin Mackerras (24 avril 2003)

American Indians and the Mass Media. Edité par Meta G. Carstarphen et John P. Sanchez, University of Oklahoma (2012).

An Ethic of Mutual Respect. The Convenant Chain and Aboriginal-Crown Relations. de Bruce Morito. UBC Press (2012).

 

 

Interculturalités

Le projet scientifique de ce blog s’articule autour de trois grands axes thématiques regroupés sous le terme parapluie/générique « Interculturalités ». L’information publiée sur ce blog permettra donc la mise en circulation à grande échelle des recherches s’inscrivant dans les domaines, aux frontières perméables, que ces axes définissent. Ces trois grands axes sont les suivants :
– circulations culturelles : langages, discours et sociétés (didactiques des langues, créolistique, hispanité aux Etats-Unis, cultures minoritaires)
– Amériques/monde transatlantique (Southern and transatlantic studies)
– histoires coloniales/enjeux postcoloniaux
A l’ère de la mondialisation/globalisation, les thématiques de recherche des enseignants-chercheurs français dans le domaine des études linguistiques et culturelles se veulent de plus en plus multiperspectives et transdisciplinaires. La thématique de ce blog, ainsi que les divers axes qui la soutiennent, reflètent le désir des chercheurs de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines de décloisonner les disciplines, de conduire la recherche en sciences humaines de façon transversale, en faisant circuler les savoirs disciplinaires, en les mêlant et donc en diversifiant les approches ou méthodes d’analyse et les matières premières ou supports de travail dans les processus d’étude des phénomènes humains.

« Transfer Studies: une introduction », par Damien Erhardt

« Transfer Studies: une introduction » sert de préface au collectif que Damien Erhardt et Soraya Nour Sckell viennent de faire paraître chez Duncker & Humblot (Berlin 2012), Interculturalité et transfert.

Erhardt, qui enseigne à l’Université d’Evry, s’inscrit dans une réflexion parallèle à celle de Suds dans les deux colloques récents « Interculturalités!? »
Il souligne que la construction des identités nationales s’est souvent accomplie à travers des transferts culturels, mécanisme d’appropriation qui ne va pas sans déformation (ce que nous avons appelé des malentendus constructifs). Le transfert culturel est voisin de la traduction, et entraîne des formes de métissage.
« Une culture se dévelope toujours à partir d’autres cultures, parfois même à partir de l’auto-négation de la culture spécifique. » Les transfer studies mettent l’accent non pas sur des cultures réifiées, mais sur les passages d’une culture à l’autre.

Présentation

Ceci est le premier billet des membres du laboratoire CHCSC de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines  qui développent leurs activités de recherche sur les aires culturelles des Suds américains (Sud des Etats-Unis, zone caraïbe, Amérique Latine) et sur le « triangle atlantique » (Europe, Amériques du Sud et du Nord) dans une perspective pluridisciplinaire d’anthropologie culturelle: identités, interculturalité et zones de contact, histoire, patrimoine immatériel et productions culturelles (littératures, médias audio-visuels, nouvelles formes de communication et d’expression). Grâce à l’arrivée de nouveaux membres, notre aire d’étude reste toujours fidèle à l’espace Sud, mais prend son envol à travers tous les Suds continentaux.

 

Le rapprochement de disciplines habituellement cloisonnées permet des regards croisés, garants d’une rigueur scientifique accrue. Si les chercheurs de Suds continuent de contribuer à l’avancement des connaissances et des pratiques dans leurs disciplines respectives, ils se retrouvent autour de projets fédérateurs à Suds.

Tout autant que le développement des savoirs, c’est la rencontre des représentations, des modèles et des méthodologies, autrement dit des « cultures » (régionales et épistémologiques) que Suds souhaite favoriser et étudier. Il entend mettre en question les zones frontières, ce que symbolise la barre horizontale de son logo.1

  1. Projection jusqu’au Pacifique de la ligne Mason-Dixon qui au dix-neuvième siècle constituait la limite symbolique séparant le sud esclavagiste et le nord []